Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’Islam face au choc des ignorances

Les Amis de la laïcité en Conflent proposent une conférence sur l’histoire de la religion.

« Lumières d’Islam ». Le sujet planté par Abdellilah Mniai, professeur d’arabe au lycée Arago de Perpignan, à l’occasion de la conférence qu’il donnera demain à 17h30 à la salle du Pessebre, aura pour vocation d’aborder le volet culturel de l’Islam. Affaire Salman Rushdie et les versets sataniques, le voile islamique, la burqa, le burkini, la piscine non mixte et la nourriture halal, sont des sujets qui rétrécissent le champ de la réflexion et rendent possible tous les amalgames laissant paraître « le choc des ignorances ». Rencontre avec ce citoyen français d’origine marocaine.

L’Indépendant. La thématique de cette conférence apparaît-elle nécessaire aujourd’hui ?

Abdellilah Mniai. Oui. Il y avait eu à Prades, il y a quelque temps une conférence sur « Sauvons la laïcité, la crise de l’Islam en France » qui avait fait du bruit et que je n’avais pas tellement apprécié. J’ai donc pris contact avec les organisateurs pour dire qu’il nous faudrait une autre voie pour remettre les choses en place. Il faut partir du préambule qu’aujourd’hui on regarde l’Islam avec beaucoup d’ignorance, ce qui provoque un choc des ignorances. Au lieu de penser à l’Islam en tant que religion, de façon univoque, il faut se recentrer sur l’histoire des musulmans.

L’Indépendant. C’est cette histoire qui fait défaut à ce sujet ?

Abdellilah Mniai. C’est la réflexion du temps lent. C’est comme si ces espaces du fait islamique n’avaient produit que de la violence, du mauvais, du négatif. En tant que professeur je me dis qu’il y a quelque chose qui manque toujours. Les contributions ou les productions intellectuelles de ce monde islamique. Depuis le début on ne parle jamais de poésie, de philosophie, de chant, de culture. Ce que vivent les musulmans au quotidien. Et ça, on ne le voit pas parce qu’on ne prend pas la peine d’aller chercher. Pour expliquer cela, je partirai de l’époque préislamique, avec la poésie, après je vais m’atteler à parler des débats intellectuels autour du Coran, puis j’aborderai Bagdad et les philosophies de l’Islam, ce qu’on appelle l’âge d’or. Et puis la station de l’Espagne musulmane avec près de huit siècles de présence musulmane. Pour arriver à la renaissance arabe du XIXe siècle, la Nahda, puis l’époque contemporaine jusqu’à nos jours.

L’Indépendant. Le but est de montrer qu’il faut regarder l’Islam autrement…

Abdellilah Mniai. On peut regarder ce monde musulman d’une autre façon, de manière plus apaisée, de façon à échanger au niveau de l’esprit et non pas rester dans l’échange des dogmatismes. Suggérer comment la laïcité telle qu’on l’entend aujourd’hui en Occident, ne prend pas encore dans le monde musulman.

L’Indépendant. Pour vous, même le mot laïcité a pris une mauvaise connotation ?

Abdellilah Mniai. En France, dès qu’on entend parler de laïcité on est face à une menace de notre religion, donc complètement. Parce que justement on a oublié la définition de ce mot qui n’est pas un acte ou une conception antireligieuse. Au contraire, toutes les religions sont la protection du culte et c’est la diversité des croyances et des pratiques cultuelles. Donc quand on a une laïcité guerrière, elle ne peut trouver face à elle qu’un repli identitaire.

Recueilli par Laura Meunier (L'Indépendant, le 9 novembre 2018)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64