Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Très bien, on commence un débat loin de tous les populismes.

Il ne fait aucun doute que les « fachos » se sont engouffrés dans des initiatives donc je ne pense pas qu'ils aient suscitées, mai en réalité peu importe, car il y a bien plus important. En résumé : on ne réussira pas la « transition écologique et climatique » sur le dos des moins bien lotis, on n'y parviendra pas (de façon démocratique) sans réduire les inégalités, sans améliorer la protection sociale et sans des politiques ambitieuses de transports publics accessibles ou gratuits, entre autres mesures dont je parlerai. Et si on ne mène pas de front ces deux politiques, écologiques et sociales, alors oui les « fachos » et une partie de la droite s'engouffreront dans la brèche en prétendant une nouvelle fois défendre les intérêts du peuple contre les « élites » ou « les bobos ». C'est le climat qui en pâtira, et la démocratie.

On est dans une situation voisine comme il y a 10 ans, écrivait Jean Gadray en septembre 2008, dans Blocs-Alternatives-Economiques.FR, intitulé « Pour sauver la planète » : réduire les inégalités! En voici juste des extraits.

« Il y a de bonnes raisons de penser que la crise écologique ne trouvera pas de solution si l'on sacrifie l'équité au, présent sur l'autel de l'équité entre les les générations, et si la réduction des inégalités sociales n'est pas considérée comme une priorité au moins aussi urgente que tous les objectifs écologiques ».

La principale raison réside dans une réflexion sur l'acceptabilité sociale des orientations nécessaire. Il ne fait pas guère de doute que les modes de production et les modes de vie devront être profondément modifiés dans les années et décennies qui viennent. S'agissant des modes de vie, il va falloir, en moyenne, selon les Nations Unies, diviser par cinq d'ici 2050 les émissions de gaz a effet de  serre des pays dits développés… Mais la référence à la moyenne laisse entière la question de savoir qui sera prioritairement affecté par un certain nombre de restrictions ou limitations, ou par les mesures environnementales qui vont s'imposer (normes, taxes, etc). L'avenir soutenable n'est nullement dans la réduction de tout, dans la pénurie générale, mais il y aura à la fois des possibilités de développement du bien être et des restrictions indispensables de consommation matérielle dans certains domaines. Sur les épaules de qui ces restrictions vont-elles peser ? Cette question est la plus importante sur le plan social et politique.

Prenons l'exemple récent des incidences de la forte hausse du prix du brut, plus ou moins répercutée à la pompe. Il y a certes de la spéculation dans l'air, mais des tendances de font aussi à l'œuvre, et elles vont s'amplifier avec la récupération inéluctable de la production de pétrole… Qui sera d'abord frappé par le titre de super à 2 puis 3, puis 4 euros par litre, et plus par la suite ? On l'a bien vu cette année : ce sont d'abord, outre certaines professions très dépendantes du pétrole, les ménages pauvres ou modestes, pour qui il s'agit essentiellement, de dépenses « contraintes » (pour aller au travail, faire les courses, conduire les enfants…), parce que ce que l'urbanisation et la mobilité ont été bâties sur l'usage de l'automobile. Pour les plus riches, ces hausses sont indolores et elles le resteront longtemps. Et ils sont plus nombreux à habiter dans des centres-villes exigeant moins de déplacements contraints et bien mieux dotés en transports collectifs.

En pourcentage du revenu des ménages après impôt, le poids des dépenses énergétiques est de 15% en moyenne pour les 20% les plus pauvres et de 6% pour les 20% les plus riches. Pour les carburants, ces chiffres sont respectivement de 4,6% et 2,4%. Pour l'électricité 5,9%  et 2,2%…

Avec de telles inégalités, presque toutes les politiques actuelles de l'environnement en direction des ménages ou même des entreprises (taxes carbones, etc.) sont « antisociales ». Elles creusent encore les écarts entre ceux qui ont les moyens de se payer les produits « verts », logiquement plus chers en moyenne… et ceux qui doivent se contenter des véhicules polluants, du hard discount dont les prix sont d'autant plus bas qu'ils reposent sur le dumping social et environnemental, ou des HLM à l’ancienne.

Le mécontentement constaté depuis le printemps dernier (prix à l'essence et des produits alimentaires, pouvoir d'achat en baisse…) risque de s'amplifier si les inégalités ne sont pas fortement réduits. Or les écologistes et leurs revendications pourraient se trouver en position d'accusés, car il ne manquera pas de « défenseurs des classes populaires », y compris à droite et à l'extrême-droite, pour trouver des boucs émissaires. Ce serait injuste, mais pour anticiper cela, il faut mettre ou remettre l'égalité au cœur des projets de « durabilité ». Fin de citation pour ces extraits datant de 2008. Je rappelle qu'on avait connu alors, au printemps et à l'été 2018 des prix du litre d'essence et du gazole autour de 1,50 euros, soit plus qu'aujourd'hui en terme de pouvoir d'achats (le Smic horaire était alors à 8e,63, alors qu'il est aujourd'hui à 9e ,88 euros, soit 14,5% de plus), Le Signal Prix comme frein et se limites.

J'en reviens à la situation actuelles et aux appels à manifester le 17 novembre.

Ceux et celles de mes ami-e-s les plus hostiles à ces appels défendent la nécessité de renchérir ce qui pollue afin de freiner les comportements pollueurs. C'est en fait un raisonnement d'économiste sur le rôle central du « signal prix » : si les cigarettes sont plus chères, les gens fumeront moins ; si on taxe assez fortement les transactions financiers, il y aura beaucoup moins de mouvements spéculatifs, etc. Ces ami-e-s ont évidemment d'autres propositions pour la mobilité, mais l'argument du prix élevé leur semble décisif.

Problème : on peut choisir d'arrêter de fumer, et si on a beaucoup d'actifs financiers, on peut se résoudre à moins spéculer, mais peut-on choisir de se passer de voiture si tout a été fait pendant des décennies pour qu'on en ait vraiment besoin pour travailler et vivre au quotidien : urbanisation inégale accroissant les distances sous l'effet de la spéculation foncière et immobilière, incitations forcenées à la mobilité, zones commerciales ayant détruit les commerces proches, fermeture de nombreux services publics de proximité, des maternités, fermeture de lignes de chemin de fer, transports collectifs très insuffisants etc.

Comment faire avec les aides à domicile aux personnes âgées en milieu rural ou péri-urbain, exemple parmi beaucoup d'autres  de métier très mal payé exigeant une voiture (qui a de fortes chances d'être vieille et polluante) ?

Le signal prix et la substitution voluptueuse : Des limites aussi.

Le prix élevé peut être un facteur d'abandon, mais le plus souvent, chez  les économistes, il est censé favoriser une substitution vertueuse, et parfois ça marche : achat de voitures moins gourmandes en carburant, hybrides par exemple, recours à des transports collectif, au covoiturage, etc. Mais à nouveau, deux types de limites fortes interviennent. L'une concerne les bon et moyens revenus, qui par exemple ne peuvent pas toujours acheter une nouvelle voiture nettement moins gourmande et vont faire durer l'ancienne le plus longtemps possible. L'autre tient à l'organisation actuelle de l'espace et des transports : dans beaucoup de cas, il n'y a pas aujourd'hui de solution écolo pour aller au boulot ou faire ses courses.

Ajout du samedi 3 novembre à 11h. J'ai bénéficier sur Facebook de ce témoignage qui me semble très pertinent d'une personne  nommée Élodie BD : « Prenons le cas de ma ville dans l'Eure au niveau transport en commun c'est le désert », 2 trains le matin sur la ligne Caen-Rouen et 2 le soir, une ligne de bus Evreux-Pont Andemer. Si vous voulez atteindre les deux villes proche de 20 km tu prend ton vélo, tes enfants sous le bras et tes courses dans le panier avant de ton vélo. Ou alors tu trouves pour du covoiturage une personne qui fait le même trajet que ton rendez vous chez le spécialiste, car avec deux enfants tu évites de flâner toute la journée en ville ou sinon tu finis au Mac Do, ah oui sans oublier que tu as sous le bras aussi tes sièges auto. Et pour le travail OK ton voisin de gauche bosse dans la même ville que toi coup de chance, mais je suis pas sûr que celui de droite aura la même chance, je croise les doigts que les 4 trains par jour l'emmènent au travail. OK d'accord faisons des efforts mais il faut peut être d'abord repenser les moyens de transports et surtout les dynamiques de circulation des territoires avant de culpabiliser les Français. Merci Élodie.

Alors ? On fait quoi ?

Modestes propositions. Mais on devrait organiser des conférences citoyennes sur ces questions sensibles et on s'apercevrait alors que les bonnes idées ne manquent pas, que les manifestations annoncées pour le 17 ne sont pas tous indifférents aux risques du climat, et que les partisans d'une hausse des prix des énergies fossiles sont eux aussi préoccupés par les inégalités.

1/ Ont fait progresser par étapes les taxes sur les carburants des particuliers à conditions qu'il y ait  simultanément d'autres politiques de réduction des inégalités et de la précarité, et autres politiques des transports en commun et des transports « doux ». Sinon, on laisse le champ libre à la démagogie populiste de la droite-extrême et on ne rend pas service au climat qu'on prétend sauver. Macron aime à se présenter comme un barrage à l'extrême droite-extrême, mais en combinant cadeaux fiscaux aux riches, appauvrissement des pauvres, des retraités et d'une partie des salariés, atteintes aux transports collectifs publics, et taxes plus fortes sur la mobilité des personnes. Il joue avec le feu.

2/ On ne compte pas d'abord sur les taxes et sur le signal prix pour transformer les modes de vie et a « changer le système ». Ils doivent s'intégrer à des politiques plus systémiques des transports, de la mobilité et de l'utilisation de l'espace. De ce point de vue, les appels à manifester pour baisser les prix ne sont pas moins unilatéraux et insuffisants que les appels à les augmenter.

3/ Il existe d'autres combats plus décisifs pour le climat. C'est ainsi que des campagnes visant le « désinvestissement » ou le blocage des projets des industries de l'extraction ont pris de l'ampleur dans plusieurs pays. Ou encore qu'un peu partout  des mouvements citoyens se battent, parfois avec succès, pour des transports en communs accessibles ou gratuits, contre des projets d'autoroutes ou de tunnels dignes du siècle passé, pour faciliter l'usage du vélo en ville, ré-localiser des activités comme celles des maternités, des services publics et des petits commerces de proximité, etc. Autant de luttes qui ne jouent pas sur la dissuasion par le prix mais sur la construction d'alternatives appréciées. Avez-vous vu la vidéo sur la circulation à Amsterdam aux heures de pointe ?

4/ Enfin, agir non seulement sur la consommation, mais aussi sur la production (les grandes entreprises), qu'il s'agisse des industries extractives, de celles de l'automobile, de la grande distribution, et bien entendu de la finance pour qu'on cesse d'investir dans les grands projets « climaticides » et pour qu'on mette l'activité économique et le crédit du service de la transition vers une mobilité peu polluante. Il n'est particulièrement scandaleux que les 106 milliards d'euros des livrets d'épargne de « développement durable et solidaires » servent encore à financer les 200 entreprises « fossiles » ayant le plus de responsabilité dans le déroulement climatique.

José Alséda

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64