Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Réunis en congrès, les maires expriment leur ras-le-bol

Ils attendent des engagements concrets de l’exécutif.

Les maires réunis depuis hier en congrès à Paris veulent passer à une phase de négociation avec l’exécutif sur les principaux dossiers fiscaux ou institutionnels, pour sortir de la période d’incompréhension qui a marqué le début du quinquennat.

« Ce qui importe, c’est que nous discutions et que nous puissions négocier », affirme François Baroin (LR), président de l’Association des maires de France (AMF). Emmanuel Macron, qui veut rétablir le dialogue avec les territoires, ne se rendra pas cette année devant le congrès qui se tient jusqu’à demain Porte de Versailles. Le chef de l’État recevra en revanche ce soir plusieurs centaines de maires, ainsi que le bureau de l’AMF à l’Élysée.

Anticiper les municipales

« Certains d’entre nous sont invités au château. Cette démarche surprenante fait beaucoup plus Ancien Régime que Nouveau Monde », a relevé le vice-président de l’association, le socialiste André Laignel.

Déterminés à se faire entendre, les maires doivent élaborer une « plateforme de négociation » qui fera l’objet d’une résolution finale de leur congrès. Des revendications que l’AMF entend soumettre dès aujourd’hui au chef de l’État. Parmi les sujets sur lesquels les élus attendent des réponses : les modalités de compensation du montant de la taxe d’habitation pour les communes, la question des dotations, les emplois aidés, la relance du logement, les contrats financiers avec l’État ou encore la révision constitutionnelle.

Autant de dossiers sur lesquels l’AMF souhaite que l’exécutif s’engage avant la fin du premier semestre 2019 pour assurer de la visibilité aux élus et aux candidats aux élections municipales de mars 2020.

La ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, s’est dite « très contente que François Baroin envisage une phase de négociation », sur la réforme de la fiscalité locale en particulier. Dans une interview au Parisien, la ministre avait soupçonné « certains dirigeants » de l’AMF d’être « dans une posture plus politique » que d’autres associations d’élus et de ne pas accepter la main tendue du gouvernement. Grand rendez-vous des maires et des communes, le congrès de l’AMF réunit habituellement 10.000 à 15.000 personnes sur trois jours. Après une quasi-rupture fin septembre lors du Congrès des régions, les motifs d’incompréhension ne manquent pas entre les élus locaux et l’exécutif, qui n’entend pas laisser le champ libre à l’AMF.

L'Indépendant, le 21 novembre 2018

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64