Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 

 
 

Salle Eliane Hernandez
rue des massaguères
Canohès

Samedi 15 décembre à 17h

Ciné-débat organisé par l’ANACR, avec l’appui de l’IHS CGT, animé par Georges Sentis, historien, spécialiste de l’action du Comité d’Accueil aux Enfants d’Espagne et de la Résistance.

A la veille de la commémoration du 80° anniversaire de la Retirada, l’ANACR de rappelle que de 1936 à 1939, les Pyrénées-Orientales furent la plaque tournante de l’aide aux Républicains espagnols, aide militaire mais aussi humanitaire.

Plaque tournante dans un domaine très peu connu, celui de l’accueil des enfants espagnols en France. Aussi avons-nous décidé de projeter le film « Les niños d’Ivry ». Ce film décrit un des tournants de la guerre au XX° Siècle : celui où la population devint un objectif militaire majeur. En effet, dès le début du coup d’état militaire en Espagne, lors de la bataille de Madrid, les civils furent une cible pour l’aviation franquiste. Ces bombardements culminèrent avec la destruction de Guernica. Aussi, dès les premières semaines, les familles de Saint Sébastien, mirent leurs enfants à l’abri en France. La violence des combats à Madrid mais aussi à Tolède, amena le gouvernement républicain à évacuer les non-combattants loin des zones de combat et à ouvrir des « colonies » pour accueillir les enfants.

Devant le nombre croissant des enfants à prendre en charge, le gouvernement républicain fit appel à la solidarité internationale. En France, la CGT et la Ligue des Droits de l’Homme créèrent, fin 1936, le Comité d’Accueil aux Enfants d’Espagne. Dès janvier 1937, des groupes d’enfants passèrent la frontière et après séjourné dans  les centres de Port-Vendres et de Prats-de-Mollo, ces enfants furent hébergés soit dans des familles soit dans diverses « colonies » dont celles du Centro Espagnol de Perpignan et de la municipalité d’Ivry.

Parallèlement, le Comité de Front populaire d’aide au peuple espagnol  des Pyrénées-Orientales organisa la solidarité matérielle. Le fruit des collectes de vêtements et de vivres était acheminé en Espagne par camions conduits par des chauffeurs routiers parmi lesquels on retrouve Julien Panchot. Au cours d’une de ces missions, Julien et son frère Aristide furent faits prisonniers. Heureusement, une puissante campagne de solidarité parvint à les faire libérer.

 

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64