Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito du TC par Nicole Gaspon. Le retour du social

Le pays suspendait son souffle dans l’attente du message du monarque. Qui dans son logis, beaucoup en écoute collective dans des cafés, sur les ronds-points. Avec de l’espoir, mais pas trop, avec du scepticisme, plutôt. Ceux-ci avaient vu juste, une fois de plus, la montagne accouche d’une souris. Un président la main sur le cœur, jouant les pénitents, mais qui, tous les observateurs en conviennent, les gilets jaunes en tête, ne lâche que des miettes. Comme si la posture seule pouvait suffire à éteindre l’incendie, à calmer la colère qui traverse l’hexagone.

Ce ne sont pas les mesures annoncées qui délesteront Emmanuel Macron de son image de président des riches. Ces derniers restent bien à l’abri. L’augmentation, non du SMIC, mais de la prime d’activité, la suppression de la CSG pour certains retraités, la défiscalisation des heures supplémentaires… autant de dispositions qui ne seront pas financées en prenant dans la poche des patrons. C’est le budget de l’État qui sera mis à contribution, aussi faut-il craindre de nouvelles atteintes aux services publics, et les menaces sur la protection sociale. Des difficultés qui n’affecteront pas les actionnaires du CAC 40. Quant à la réintroduction de l’ISF, niet ! Interrogée sur le sujet par France Info, Elisabeth Borne, ministre des Transports, affirme doctement : « C’est pour empêcher la fuite des capitaux. » Fable usée jusqu’à la corde, les capitaux n’ayant pas attendu pour fuir dans les paradis fiscaux, ni les sièges sociaux des entreprises pour se délocaliser.

Mais le gouvernement n’en a sûrement pas fini avec la contestation. Les luttes ont plutôt l’air de s’agréger. Et puis, quelque chose semble avoir été enclenché, l’irruption du social, la mise au grand jour de la vie trop dure, des inégalités insupportables. Aujourd’hui peu persistent à voir migrants et immigrés comme la cause de tous leurs maux, n’en déplaise aux populistes, c’est la volonté d’une vie digne pour tous qui est au cœur des mobilisations.

Voilà sans doute l’élément essentiel d’une séquence qui pourrait bien réserver d’autres surprises.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64