Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Le « grand débat », une initiative en trompe l’œil. Imposons un vrai débat

Après l’entourloupe de la fausse augmentation du Smic, le «  grand débat national », voulu par Macron pour calmer les gilets jaunes commence bien mal. Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP), vient de claquer la porte de son pilotage. Son salaire exorbitant le plombait d’entrée. Comment être crédible, face aux revendications de hausse du pouvoir d’achat, de partage des richesses, de justice fiscale ?

Une majorité de Français est pour le rétablissement de l’ISF.  À entendre les ministres, défilant dans les médias pour promouvoir ce débat, il ne sera pas question d’y revenir tout comme il ne sera pas question d’amender une ligne des futures réformes (retraites, assurance-chômage…).

Les maires ont raison d’ouvrir des cahiers et des salles pour que s’organisent de vrais débats. Poser des exigences pour que toutes les questions soient sur la table et pas seulement celles du gouvernement. Pour les réformes programmées, comme celle des retraites, la critique et les propositions doivent pouvoir s’exprimer.

Le Travavailleur Catalan, tout comme le journal l’Humanité se mettent à la disposition de toutes celles et ceux qui veulent faire connaitre leurs problèmes et leurs souhaits en venant d’ouvrir des cahiers de la colère et de l’espoir.

Il ne s’agit pas, de la part de beaucoup de gilets jaunes, d’une jacquerie fiscale, mais d’une révolte populaire et sociale contre les riches et les puissants, pour le pouvoir d’achat, l’égalité, les services publics, la démocratie et la dignité.

Il s’agit une mobilisation infiniment plus citoyenne, loin des clichés opposant le beauf rural à l’écolo bobo urbain, où le lexique raciste est quasiment absent. De même les gilets jaunes ne sont pas contre l’écologie, mais contre son instrumentalisation pour les tondre fiscalement alors que les plus gros pollueurs à commencer par Total échappent à leur responsabilité et que l’État a tout fait pendant des décennies pour imposer le diesel afin de complaire aux intérêts des constructeurs automobiles.

Le peuple citoyen commence à se réveiller. Ouvrons le vrai débat pour libérer les paroles et construire l’espoir.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64