Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Venezuela. Guaîdo appel à l'intervention armée après la défaite du « jour J »

A la suite de l'échec du 23 février, « jour J » lors duquel Juan Guaîdo avait promis de faire pénétré au Venezuela des camions chargés d'aide humanitaire américaine, malgré l'interdiction émise par le gouvernement qui y voit le prémisse d'une intervention armées des États-Unis, celui qui s'est auto-proclamé président du Venezuela par intérim a affirmé avec une audace impressionnante : « les évènements du jour me forcent à prendre cette décision : demander formellement à la communauté internationale que toutes les options soient ouvertes pour assurer la liberté de notre pays qui se bat et qui continuera à se battre ». Sur le même ton, le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, a insisté également une fois de plus sur le fait que « toutes les options sont sur la table. Nous ferons le nécessaires ».

Ces appels ouverts à une intervention directe démontrent une fois de plus toute l'hypocrisie de « l'aide humanitaire », mise en scène le 23 février, mettant à nu la façade d'une intervention impérialiste des plus flagrantes. En vérité, les fonctionnaires américains et la droite vénézuélienne ont cherché toutes les justifications possibles pour défendre cette option. Marc Rubio, le sénateur républicain de Floride s'est consacré, après la journée du 23, à débusquer un casus belli qui aurait pu justifier une réponse militaire en mentionnant une série de « faits » totalement inventés, évoquant par exemple un prétendu échange de tirs du côté du Venezuela à proximité de la frontière colombienne.

Dans ses déclarations au milieu de l'après-midi du samedi, Guaîdo s'est limité a parler d'un « jour de résistance », loin du ton qu'il employait jusqu'à présent, notamment toute cette semaine, où il avait directement parlé du samedi comme un « jour J », avec pour grand défi de parvenir à provoquer une rupture au sein des forces armées.

Au final, à la fin de la journée, Guaîdo n'avait rien à montrer, à l'exception d'un camion contenant quelques colis qui est entré depuis la frontière brésilienne et l'affirmation que « des dizaines » de militaires auraient désertés, affirmation dont il n'a pu prouver que moins d'une dizaine de cas concrets.

Au cours d'une journée qui a fait au moins deux morts et de très nombreux blessés liés à la répression gouvernementale au Sud de l'État de Bolivar, à proximité de la frontière avec le Brésil, il a eu beaucoup d'autres blessés par les gaz lacrymogènes et les tirs de plombs à la frontière colombienne, visant à empêcher le passage de l'« aide humanitaire ». Pourtant, en réalité, tout ceci n'a aucune importance pour Guaîdo. Le « jeune souriant » qui se faisait passer pour un bon samaritain à très vite montré les dents suite à son échec du samedi, en appelant à une intervention militaire directe.

L'impérialisme et la droite latino-américaine main dans la main avec Guaîdo

La droite locale s'est offerte à l'impérialisme pour réaliser ses objectifs, et a tout misé sur l'idée qu'avec Trump, elle pourrait avancer vers son but dans la perspective d'un coup d'État. C'est pour cette raison que se sont jointes à elle toute la droite continentale et celle des autres pays impérialistes, notamment européens. Tous considérant qu'avec un encerclement de cette ampleur, ils finiraient par provoquer une fissure au sein des forces armées, pilier central du régime de Maduro.

Il est désormais tellement clair que tout a été organisé par l'impérialisme américain que même des politiciens de droite d'autres pays ont noté qu'il était évident, dans l'opération d'hier, que le rôle des gouvernements sud-américains s'estompait derrière la direction claire du gouvernement de Trump et de ses évêques, tels que le sénateur réactionnaire Marc Rubio.

Ainsi, si l'opposition de droite s'est infligée une défaite, c'est aussi et surtout le cas pour l'impérialisme américain. Tous ces responsables s'étaient déplacés à la « base d'opérations » de Calcutta (en Colombie). John Bolton, conseiller américain à la sécurité nationale de l'administration Trump, a affirmé qu'il avait « annulé son voyage en Corée du Sud » dont l'objectif était une négociation avec la Corée du Nord. Elliot Abrams, le polémique fonctionnaire américain comme pour être l'un des organisateurs des différentes interventions militaires américaines au Nicaragua ou encore de la tentative du coup d'État contre Chavez en 2002, s'était également déplacé. Le président Chilien Sébastian Pinera s'est empêtré jusqu'au cou en se déplaçant jusqu'à la frontière, et, tard dans la nuit, tandis que le secrétaire général de l'Organisation des États d'Amérique Luis Almagro était présent en tant que « représentant » de la communauté internationale et latino-américaine.

Pour le déploiement des forces et de ressources effectué et les attente fixées autour du 23, les résultats obtenus ne représentent rien, d'autant plus si ,on tient compte que l'action avait été directement organisée par la principale puissance impérialiste au monde, les États-Unis. Guaîdo est ,même allé jusqu'à invoquer Chavez, dans un geste de démagogie désespérée, impensable quelques heures auparavant, en déclarant « je doute que Hugo Chavez accepterait ce que Maduro a causé au Venezuela et aux forces armées nationales ». La situation est donc marquée par un fiasco politique, du moins pour l'instant. Dans cette situation, la droite pourrait s'aventurer vers d'autres «options» comme ils l'ont souligné samedi soir. Pourtant, ce revers aura probablement des répercutions au sein même de l'opposition qui avait pariée sur Guaîdo le 23 janvier. Le temps joue contre eux et permet à Maduro de respirer un peu, alors que le « coût politique » de cette opération à été faible pour le président du Venezuela.

Pour autant, de son côté, bien que le gouvernement de Maduro ait voulu revendiquer la défaite du coup d'État comme un triomphe en soi, cette lecture est loin de la réalité. La droite a pu utiliser démagogiquement l'entrée de « l'aide humanitaire » en s'appuyant sur la catastrophe sociale ,que vit le pays. Pour leur côté, les appels aux militaires reposent sur le fait que les Forces armées sont aujourd'hui l'arbitre de la situation politique. Maduro dépend d'elles pour rester au gouvernement, tout autant que Guaîdo pour forcer un coup d'État et prendre le pouvoir.

Aujourd'hui, le groupe de Lima se réunit à Bogata sous l'égide de Mike Pence, vice-président des États-Unis. Bien que les États-Unis ne fassent pas formellement, partie du dit groupe même s'il en tire les ficelles pour s'accorder sur de nouvelles sanctions envers le Venezuela, Guaîdo accompagné du Président colombien Ivan Duque et du Secrétaire général de l'OEA, Luis Almagro, a annoncé qu'il participerait lundi « à ce sommet, à ce groupe à cette réunion du Groupe de Lima, pour rencontrer tous les ministres des affaires étrangères de la région et aussi aussi le vice-président des États-Unis, Mike Pence ». Le fait qu'un vice-président de la plus importante puissance impérialiste se rende en Colombie lundi pour ajuster le plan d'intervention montre l'étendu de l'offensive pour un coup d'État. Toute la droite la plus rance du continent sera au rendez-vous aux côtés de Mike Pence.

Face à ce scénario, qui n'est pas encore clos, il faut d'abord affronter ces tentatives de coup d'État et l'offensive impérialiste, qui n'implique pas le moindre soutien politique à Manducation.

Il est impératif que les travailleurs et les exploités d'Amérique latine se mobilisent contre cette tentative d'avancée impérialiste au Venezuela qui ne fera que renforcer les droits régionaux et les attaques menées dans chaque pays comme Macri en Argentine, Bolsonaro au Brésil, Duque en Colombie ou Pinera au Chili.

José Alséda

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64