Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

CommunisteS n°758

Pour le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, beaucoup d’initiatives sont prévues.

ou
Consulter les articles en ligne

 

 
 

8 MARS

Les femmes ont des doubles journées, avec leur travail et en plus les tâches ménagères qui continuent à être portées en grande majorité par elles. Nos salaires sont souvent inférieurs, nous sommes à temps partiel parce que nous n’avons pas d’autre choix. Notre travail est invisibilisé et dévalorisé, notre salaire est inférieur de 26 % à celui des hommes. De ce fait, à partir de 15 h 40 nous travaillons gratuitement.
Voir la vidéo
Appel du CNDF
Tract pour le 8 Mars
 

 

 
8 MARS | GÉRARD STREIFF

8 mars/Sud-Vienne

L’égalité c’est pas sorcier La section Sud-Vienne organise toute une semaine d’initiatives (voir programme) sur la question des droits des femmes. Entretien avec Christian Zelinski, secrétaire de section.

« Notre comité de section de Sud-Vienne (une cinquantaine d’adhérents) avait établi une feuille de route pour ce premier trimestre 2019. Au programme, bien sûr, la journée du 8 mars. Mais une seule journée ça ne nous paraissait pas suffisant. On s’est dit qu’on était des militants de l’émancipation humaine, et dans ce cadre il fallait donner toute sa place à la question de l’émancipation des femmes.

Accéder à l'article
 

 

 

 
8 MARS | MINA IDIR

Le PCF mobilisé pour les droits des femmes

Photo www.phototheque.org


Partout en France, vont se tenir une multitude d’actions pour les droits des femmes. Le Parti communiste, signataire de l’appel du Collectif national pour les droits des femmes, s’inscrit dans cette démarche, organise des actions comme dans le Vaucluse. Mina Idir, secrétaire départementale de cette fédération, nous dit comment elle envisage cette journée de mobilisation.

Pour le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, beaucoup d’initiatives sont prévues dans notre département, surtout des initiatives associatives auxquelles nous apportons notre soutien. La première action est que je serai en grève à partir de 15h40, et je répondrai personnellement à cet appel pour marquer que les femmes sont traitées différemment.
 
Accéder à l'article
 

 

 

 

 

 

Actions
l'agenda militant
Soutenez les actions des camarades
   Faire un don   

 



Le billet d'humeur. Par Gérard Streiff

28 permanents

L’Institut Montaigne est le plus prospère think-tank libéral de la place de Paris. Cette organisation est chargée d’alimenter les possédants en concepts, argumentaires et autres éléments de langage pour justifier leur domination. Et mener leur guerre idéologique.

Le patron de Montaigne est un certain Laurent Bigorgne, qui la joue indépendant de chez les indépendants, mais qui fut tout de même le premier délégué général d’En Marche, dont les statuts étaient domiciliés chez lui.

C’est cette structure qui a alimenté le programme de Macron, qui a concocté les thèses sur l’école de Blanquer, qui a conseillé Pénicaud pour sa réforme du Code du travail, qui a suggéré des pistes pour la formation professionnelle.

L’Institut a un budget de huit millions d’euros et s’appuie sur 28 permanents, jolie « machine de guerre », comme dit l’avocate Emmanuelle Barbara. Qui finance ? Les gros, Axa, Engie, Solvay, BNP Paribas, d’autres encore. Au fait, est-ce que tout ça apparaît sur les comptes de campagne d’En Marche ou de Macron ?

Gérard Streiff

 

 

 

 


Agenda militant

Mercredi 6 mars 19 h-22 h: Plaçons le journal de Jaurès sous protection citoyenne ! L’humanité c’est nous Médiathèque de Montech (82) avec Patrick Apel- Muller, directeur de la rédaction de l’Humanité 21 Rue de l'Usine, 82700 Montech

Participer

Jeudi 7 mars: 7 propositions de loi par les parlementaires communistes. 13 h : rassemblement devant l’Assemblée nationale

Participer

Jeudi 7 mars: Le vrai débat, 2863 rue du Petit Lac, Saint-Martin-Le-Vinoux (38)

Participer

7 mars 18 h 30: Conférence d’Anicet Le Pors,faculté de droit Douai, rue d’Esquerchin, Douai (59)

Participer

7 mars: Meeting de Ian Brossat et Stanislas Bauge au Palais des congrès, à La Rochelle-Rochefort (17)

Participer

Vendredi 8 mars: Journée internationale des droits des femmes Manifestations à 15 h 30 : l’heure des comptes

Participer

Samedi 9 mars: Banquet avec Ian Brossat à Le Rove (13) et rencontre avec les élu·e·s du département

Participer

9 mars: Débat : les femmes et l’Europe, salle de l’auditorium, 70 avenue Dordain, St-Florent-sur-Cher (18)

Participer

Samedi 16 mars 10 h 30: 10 propositions à Matignon

Participer


Mais aussi

16 mars : C’est le printemps du climat, manifestations nationales

16 mars 19 h : Banquet avec Ian Brossat à Grigny (91)

16 mars 17h : Soirée Théâtre : 1336, Paroles de Fralibs, Maison du peuple, rue Michelet, Montauban (82)

Samedi 16 et dimanche 17 mars : Fiesta de la Libertad, au parc Montalzat (82). Toutes les infos sur http://www.mer82.eu/

Vendredi 23 et samedi 24 mars : États généraux du numérique, espace Niemeyer, 2 place du Colonel-Fabien, 75019 Paris 19e (programme sur Facebook)

 

 

   Voir toutes les actions   

 

 

 

 
A L'INITIATIVE | HUGO BLOSSIER

Pouvoir d’achat/européennes, des militant·e·s à l’initiative

La hausse du pouvoir d’achat est l’une des principales revendications des Français·e·s. La fédération de la Vienne a mené nombre d’initiatives sur ce thème, initiatives qui rencontrent un franc succès. Ce combat pour le pouvoir d’achat s’inscrit comme une réponse aux attentes qui s’expriment dans les cahiers de l’espoir que le PCF a lancés pour recueillir les attentes populaires. Le 16 mars, les 10 propositions principales qui en ressortirons seront remises à Emmanuel Macron. Et, tout naturellement, cette mobilisation s’inscrit dans la campagne pour l’élection européenne.

Les communistes de la Vienne ne contrediront pas la satisfaction qui s’impose partout où la campagne de pétitions pour le pouvoir d’achat a été menée. En un mois, 1 500 pétitions ont été recueillies lors de plus d’une vingtaine d’initiatives variées dans tout le département...
Accéder à l'article
 

 

 
A L'INITIATIVE | EMILIE LECROQ

Européennes : une lettre électronique

A l’approche des élections européennes, le Parti communiste est tout entier mobilisé dans la campagne. Pétitions, appel à voter, programme, newsletter,… autant d’outils utiles pour s’informer et agir dans la campagne. Retrouvez tout cela sur le site de campagne de la liste l’Europe des gens, pas celle de l’argent.

Nous voici désormais en campagne pour les élections européennes du 26 mai prochain. Alors qu’Emmanuel Macron a annoncé son entrée en campagne avec le slogan "l'Europe qui protège", nous devons nous saisir de tous les outils à notre disposition pour démontrer l’aberration de ce slogan et faire valoir nos propositions. Quand Macron veut protéger les grands actionnaires ou les lobbys, nous opposons au Président la nécessité de construire une Europe humaine et solidaire ; « Une Europe des gens contre l’Europe de l’argent ». Pour ce faire, nous mettons à disposition numériquement un appel à voter (https ://www.europedesgens.fr/appel_voter) pour inviter largement à soutenir cette liste. Nous proposons également de pétitionner sur les axes de campagnes afin de donner plus de force à une Europe qui protège les services publics, les droits des citoyens, des travailleurs et l'environnement (Europe des gens, notre programme) Enfin une newsletter est également à disposition sur le site ; et pour ceux qui souhaiteraient s’impliquer sur la campagne, un formulaire de participation est également disponible 
Participer à l'action
Accéder à l'article
 

 

 

 
PLANÈTE | COLLECTIF AFRIQUE
Au Soudan, bientôt la fin du règne d’Omar El-Béchir ?
Depuis le mois de décembre 2018, les manifestations se succèdent de manière quasi quotidienne dans plusieurs villes du Soudan. Le dictateur soudanais Omar el-Béchir, au pouvoir depuis 30 ans, reste sourd aux revendications. Il a déclenché la machine répressive contre les organisations démocratiques et les partis politiques, et semble vouloir depuis quelques jours faire quelques concessions.
Accéder à l'article
 

 

 
VIDEO | ANDRE CHASSAIGNE
Salon de l'Agriculture : La vidéo
Regarder la vidéo
 

 

 
A L'INITIATIVE
Rhône : Succès de la Fête de l’Huma 69 (vidéo)
Regarder la vidéo
 

 

 

 
ÇA COCOGITE | YANN LE POLLOTEC
Des états généraux de la Révolution numérique pour construire une alternative en Europe
Les 22 et 23 mars, au siège national du PCF, se tiendront les 4es états généraux de la Révolution numérique (EGRN) sur la thématique de « Construire une Europe du numérique au service de l’humain »
Aujourd’hui, les États-Unis dominent la société de l’information avec les GAFAM1 en captant à leur seul profit la valeur du formidable patrimoine de données de l’Europe. Il n’existe pas de fatalité à ce que l’Europe et la France soient condamnées à être une colonie numérique des firmes états-uniennes. L’Europe a encore toutes les potentialités et atouts humains, scientifiques, industriels, créatifs et culturels, pour construire un modèle de société de l’information alternatif à celui des États-Unis. Il s’agit à la fois de rompre avec des choix politiques et économiques qui ont conduit l’Europe dans le mur et de s’émanciper du modèle de développement numérique des GAFAM. C’est pourquoi le PCF a pris l’initiative de faire que les communistes, les forces syndicales et associatives se réclamant de la transformation sociale en Europe, les nouveaux mouvements sociaux et les acteurs de la révolution numérique se rencontrent pour débattre, se confronter et construire ensemble. Il y a besoin de lieux de construction d’une véritable pensée politique critique de la révolution numérique. C’est tout l’objet et la raison d’être des 4es EGRN où on débattra et travaillera dans 13 ateliers sur la taxation des GAFAM, l’Industrie 4.0, l’Intelligence artificielle, les Communs numériques, le coopérativisme, la fracture numérique, les droits et pouvoirs des travailleurs face aux plateformes, au big data et à la robotisation, l’État plateforme.
Lire l'article
 
 
HOMMAGE
La cérémonie en hommage à Roland Leroy
 
   
 
A L'INITIATIVE | YVES TALHOUARN
Val-de-Marne : Soirée sur les municipales
À l’initiative de la fédération du Val-de-Marne, une assemblée générale a rassemblé, le 8 février en soirée, plus de 200 militantes et militants dont de nombreux élu·e·s, provenant de 28 sections. La soirée a connu deux temps. Tout d’abord un échange à partir d’une enquête portant sur les attentes des administré·e·s vis-à-vis de leurs maires. Ensuite un débat plus val-de-marnais, sur la base du rapport présenté par Liliane Pierre, membre du secrétariat fédéral. Les principaux points forts qui en ressortent sont les suivants :
Les principaux points forts qui en ressortent sont les suivants : - En 2020, l’on va assister à un scrutin municipal inédit car séquencé par 2017 et la recomposition politique non achevée qui en résulte et dont on aura un premier aperçu entre temps lors des élections européennes (selon l’enquête, ces dernières ont peu d’impact, jusqu’ici, sur les élections suivantes). - Un scrutin caractérisé par un premier tour essentiel où beaucoup pourront se compter et un deuxième tour à grand risque - le taux pour se maintenir, 10 %, est relativement faible - avec des forces politiques qui vont y participer pour la première fois. - La popularité du maire est une constante politique ; la proximité constitue un élément déterminant, mais si elle s’avère efficace, et pour la première fois, le projet compte davantage que le bilan et la personnalité de la ou du candidat. - Il y a un attachement très fort à l’action municipale mais également une exigence très forte à son égard. - Il y a une grande méfiance vis-à-vis des étiquettes politiques. - Il importe d’être totalement en phase avec les préoccupations du territoire : offre de soins, pouvoir d’achat et inégalités sociales, transports, etc. Par contre, le chômage est sorti de l’écran, provisoirement sans doute. - La question du maintien des services publics est primordiale. - À propos du dégagisme, celui-ci jouera dans la mesure où une deuxième chance ne sera pas laissée à un mauvais bilan mais, dans le même temps, le maire peut constituer un rempart dans un paysage politique bouleversé. - Les difficultés d’ordre financier des communes sont comprises de leurs habitants, mais le « c’est pas ma faute » ne marchera pas. - La démarche doit être initiée par l’élaboration d’un projet de ville, par une vision politique. Utiliser, pour cela, le savoir-faire militant en termes de construction citoyenne, la question des alliances ne pouvant venir qu’après, tout en ne confondant pas rassemblement et alliances. - Le PCF est le parti qui défend le fait communal et, dans notre pays, les élections municipales fondent le paysage politique général. Ceci dit, la commune ne doit pas devenir un guichet de l’État. - Les mouvements sociaux comme la séquence de 2017 ont supprimé de nombreux repères politiques. Mais les communistes ont fait la preuve de leur capacité à respecter leurs engagements. Ils ne demandent pas seulement aux gens de voter mais leur proposent d’aller ensemble au combat, leurs élu·e·s s’engageant à le mener. Des échanges riches qui ont duré plus de trois heures, ancrés dans la réalité politique que constituent le département du Val-de-Marne et ses 47 communes, fondés sur la dynamique citoyenne à mettre en œuvre et la volonté inébranlable de rassembler largement sur des projets portés par des valeurs
 
 
Merci pour votre lecture
Directeur de la publication
Igor Zamichiei
Rédacteur en chef
Gérard Streiff
Secrétaire de la rédaction
Jacqueline Lamothe
Comité de rédaction
Yann Henzel - Méline Le Gourriérec - Igor Zamichiei - Gérald Briant - Yann Le Pollotec - Emilie Lecroq - Laurence Patrice - Julia Castanier - Denis Rondepierre - Lydia Samarbakhsh - Julien Zoughebi- Gérard Streiff
Contact
communistes@pcf.fr
01 40 40 11 06
 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64