Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L'édito du TC par Nicole Gaspon. Grand débat, et maintenant ?

La sortie de notre hebdo de la semaine correspond à la clôture annoncée du Grand débat qui, s’est déroulé du 15 janvier au 15 mars, (il serait prolongé...). Des débats, certes ont eu lieu,mais il ont connu des bonheurs divers. L’expérience de quelques habitants du Vernet, dont je suis, est assez croquignolette, un débat convoqué par une association de quartier dont aucun membre n’était présent, ne serait-ce que pour ouvrir la salle!

On sait que ce dispositif a été pour Macron un pare feu pour désamorcer la mobilisation des Gilets jaunes, et qu’il l’a largement utilisé pour développer sa « comm ».De même, Blanquer lance un débat sur le climat dans les lycées le jour où les élèves entendent manifester !

Un Grand débat passablement verrouillé, thèmes obligatoires, encadrement strict... Qu’en restera-t-il pour les Français ? La question est cruciale. Débattre c’est bien quand c’est un moment de démocratie où tout peut être dit et entendu, et surtout quand on peut espérer qu’il en sera tenu compte. Or, tout au long de la séquence, le gouvernement a répété qu’il ne changerait rien. Prenons les sujets imposés: sur la transition écologique, l’immobilisme ; sur la fiscalité, la suppression de l’ISF, majoritairement demandée, pas question ; sur les services publics, toujours l’austérité, agrémentée de la mise en cause du statut de la fonction publique ; sur la démocratie, le vote par la majorité d’une loi qui restreint la liberté de manifester, une répression policière inégalée. Nous verrons peut-être quelques miettes lâchées sur l’organisation de l’État, notamment la réduction de nombre de parlementaires, mesure démagogique s’il en est. Pour le reste, les propositions qui viennent d’être évoquées par le parti présidentiel risquent fort de laisser nos concitoyens sur leur faim. Réindexer les retraites sur l’inflation, oui, mais les plus modestes ; alourdir l’impôt sur la fortune immobilière, oui mais sans précision... quelques exemples qui en disent long. La montagne du Grand débat risque fort d’accoucher d’une souris. Après quatre mois de mobilisation, ce simulacre de démocratie pourrait être perçu comme une provocation et produire un effet boomerang pour Macron et les siens. C’est tout l’enjeu de la période, qui, par ailleurs, correspond à la campagne pour les élections européennes.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64