Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito du TC par René Granmont. Porteur des aspirations populaires

Suite aux violences qui ont eu lieu samedi 16 mars, en marge de la manifestation des Gilets jaunes à Paris, le secrétaire national du Parti communiste, Fabien Roussel, s’est inquiété de l’évolution de la situation dans notre pays. « La France est au bord de la guerre civile. », a-t-il déclaré lundi dernier durant l’émission Audition publique.

Et ce ne sont pas les dernières décisions gouvernementales en matière de sécurité et de répression qui vont apaiser un climat déjà très lourd.

En fait, les prestations médiatiques du Premier ministre et du ministre de l’Intérieur ont surtout souligné les lamentables conséquences de l’instrumentalisation des casseurs de l’extrême droite et de l’ultra gauche, par ailleurs bien connus des services. Mais la ficelle est un peu grosse et nul n’est dupe de cette utilisation de la violence pour faire taire, voire même interdire, l’expression des colères et aspirations populaires.

Colères et aspirations qui s’expriment tant dans les mobilisations des Gilets jaunes que dans les manifestations syndicales de mardi dernier, tant dans les nombreux cahiers de doléances ou cahiers de l’espoir exigeant justice sociale et fiscale que dans les marches pour le climat qui remettent de plus en plus largement en cause les vieilles lunes néolibérales du gouvernement.

Cette profonde crise sociale appelle donc en priorité des réponses politiques. Mais ce n’est visiblement pas le chemin choisi par Emmanuel Macron qui entend bien clore son fameux grand débat comme il l’a commencé, en choisissant les réponses comme il a choisi les questions ! Car le président de la République ne veut rien céder. C’est d’ailleurs dans cet objectif qu’avec l’aide de médias qui lui sont totalement dévoués, il entend réduire le débat politique « au marais macronien et aux sauriens lepénistes », c’est-à-dire l’enserrer dans un enfermement délétère pour les revendications populaires.

Tout au contraire, c’est porteur de toutes ces aspirations que Ian Brossat préside la liste du PCF aux prochaines élections européennes. Il s’engage à faire surgir dans les salons européens feutrés tout ce qui s’exprime dans les diverses mobilisations qui marquent la crise sociale et démocratique que traverse notre pays.
 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64