Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Train Perpignan - Rungis. La menace du 14 juillet se confirme

Gérard Malaure, directeur général de Primever, le confirme : le train Rungis-Saint-Charles s'arrêtera à la mi-juillet. Comme le craignait les syndicats. Peut-il repartir en novembre, une fois la saison haute relancée ? Rien n'est moins sûr. Une réunion en présence de Jean-Luc Gibelin vice président au transport à la Région, est programmée ce vendredi à Perpignan.

Les syndicats dénonçaient ce lundi l'arrêt programmé de la liaison fret Saint Charles Rungis au 15 juillet. Gérard Malaure enfonce le clou. « Il faut être clair, la saison haute s'achève mi-juillet, ensuite le train circule à vide. Pour repartir en novembre, il faudra que des moyens soient mis », ajoute le directeur général de Primever, société propriétaire de l'entreprise Roca, un des deux affréteurs. « On attend de savoir quelle solution est proposée et avec quels moyens. Le statu quo avec des investissements ? Un transport combiné mais à quelles conditions ? Ou l'utilisation de camions ? Nous attendons des actes ».

Du côté de la SNCF on assure que « techniquement » ces liaisons peuvent être maintenues jusqu'en fin d'année, les sillons sont réservés, les wagons opérationnels, même s'ils sont vieillissants. « Jusqu’à présent, nous explique l'opérateur ferroviaire, nous programmions avec les opérateurs locaux des plannings sur plusieurs mois, voire une année. Mais actuellement nous avons un contrat pour un mois et demi seulement. Sans contrat au-delà du 15 juillet vous imaginez bien que l'on ne va pas faire circuler des trains à vide. »

Réunions décisives les 7 et 20 juin

Carole Delga, la présidente de la région Occitanie, assure dans un communiqué que « L'État doit contraindre la SNCF dans ce dossier. Il doit prolonger cette ligne et mettre en œuvre les solutions qui ont été proposées lors des dernières réunions ». Et d'évoquer par exemple un train combiné. « La plateforme de Perpignan est équipée pour », poursuit la présidente, « seul Rungis doit faire des travaux. Il faut que les pouvoirs publics dégagent des financements pour. »

Deux réunions sont programmées sur le sujet avec les divers acteurs et la région. La première, ce vendredi 7 juin à Saint Charles en présence du vice président aux transports de la région Occitanie Jean-Luc Gibelin et le 20 juin au ministère des transports « L'Occitanie ne lâchera rien sur ce dossier » martèle Carole Delga.

Denis Dupont (L’Indépendant, le 5 juin 2019)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64