Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Les communistes soutiennent la capitaine Carola Rackete, héroïne du sauvetage en mer

La jeune capitaine du Sea-Watch 3, Carola Rackete a été arrêtée après avoir accosté de force dans le port de Lampedusa, en Sicile, pour débarquer des migrants.

« La situation était désespérée, mon objectif était seulement d’amener à terre des personnes épuisées et désespérées », explique Carola Rackete, elle a craint que les 40 migrants, secourus 17 jours plus tôt au large de la Libye, se suicident en se jetant à l’eau, alors qu’ils ne savent pas nager.

Pour cette acte héroïque de sauvetage et de désobéissance civile Carola Rackete risque entre trois et dix ans de prison. « Je n’avais pas le droit d’obéir, on me demandait de les ramener en Libye… ce sont des personnes qui fuient un pays en guerre, la loi interdit qu’on puisse les ramener là-bas. »

Le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini (extrême droite), qui a décidé il y a un an d’interdire l’accès aux ports italiens aux navires d’ONG secourant les migrants en Méditerranée, lui a répondu en réfutant « l’état de nécessité » invoqué par la capitaine du Sea-Watch 3 pour justifier sa manœuvre.

Mais dans quel Europe vivons nous ?

Chaque jour, des êtres humains périssent en Méditerranée du fait que non seulement l’Union européenne ne mène pas d’opération de sauvetage mais qu’elle entrave dorénavant aussi les opérations de sauvetage privées. L’Italie et Malte interdisent l’accès à leurs ports et mettent les navires sous séquestre. La Hongrie stigmatise les organisations humanitaires, accusées de faciliter la migration illégale.

Carola Rackete va porter plainte pour diffamation contre le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini. Ce dernier s'est déchaîné contre la jeune femme.

Une juge italienne a eu le courage d’aller à l’encontre de Matteo Salvini et d’invalider son arrestation au motif qu'elle avait agi pour sauver des vies. Pourtant deux enquêtes distinctes, pour résistance à un officier et pour aide à l'immigration clandestine, continuent cependant de peser sur elle.

L'ONG allemande, dont dépend Carola Rackete s'est dit déterminée à poursuivre ses opérations de sauvetage de migrants en Méditerranée. « Nous allons continuer de faire respecter les droits de l'homme en Méditerranée et surveiller de près l'Union européenne, si nécessaire avec un nouveau navire si notre navire reste sous séquestre », a assuré Ruben Neugebauer, l'un des responsables de l'organisation lors d'une conférence de presse à Berlin.

Pia Klemp, l'autre capitaine courage du bateau Iuventa, dont le procès a lieu en ce moment, risque 20 ans de prisons pour avoir été capitaine d'un bateau ayant sauvé plus de 5.000 migrants en Méditerranée en 2017 et 2018.

Les capitaines courage ont réveillé la solidarité avec les exilés. Elles suscitent un mouvement de soutien qui bousculent les logiques xénophobes.

Sea-Watch et d'autres organisations ont récolté « plus d'un million » d'euros de dons grâce à plusieurs collectes en ligne pour couvrir notamment les frais de justice de sa capitaine. Elle a maintenant « l'appui financier nécessaire pour continuer à travailler », a souligné le président de l’ONG allemande.

En attendant Carola Rackete vit cachée de peur d'être de nouveau arrêtée.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64