Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Greta Thunberg invitée à l'Assemblée : certains députés appellent au boycott

La jeune militante écologiste suédoise Greta Thunberg est attendue ce mardi à Paris à l'Assemblée nationale pour une réunion parlementaire sur le climat dénoncée par certains députés de l'opposition, issus de la droite et du Rassemblement national notamment, qui ont appelé au boycott.

L'égérie de la lutte contre le réchauffement climatique, qui a initié un vaste mouvement de grève de la jeunesse en août 2018 en quittant les bancs de son lycée de Stockholm pour aller manifester devant le Parlement, participera à une réunion organisée par le collectif transpartisan « Accélérons la transition écologique et solidaire » avant d'assister à la séance des questions au gouvernement dans la tribune d’honneur.

Saluée par les militants écologistes, la visite de la jeune activiste de 16 ans est dénoncée par certains députés qui fustigent une jeune « activiste sous emprise » et qui ont multiplié ces derniers jours les appels à boycotter la rencontre avec cette « prophétesse en culottes courtes », lui déniant toute « légitimité ».

« On est au-delà du ridicule, une jeune fille de 16 ans appelle à boycotter l'école pour aller défiler contre le climat, je trouve que tout ça n'est pas sérieux », a estimé l'eurodéputé RN Jordan Bardella sur France 2. « Le fait d'utiliser des enfants pour faire passer un certain nombre d'idées, pour afficher un fatalisme pour expliquer à la jeunesse que le monde est terminé, que le monde va prendre feu, et que donc il faut arrêter l'école et faire la grève, je trouve ce discours est profondément défaitiste », a-t-il ajouté. « Cette dictature de l'émotion permanente qui plus est lorsqu'elle s'appuie sur des enfants, est une nouvelle forme de totalitarisme », a-t-il poursuivi. « On ne peut pas en même temps faire venir la Jeanne d'arc du climat et faire voter le traité de libre-échange avec le Canada (examiné à l'Assemblée nationale ce mardi NDLR) qui va accroître la pollution ».

Coup médiatique

Même hostilité dans les rangs des Républicains (LR) où dès ce week-end les critiques ont afflué. « La planète, oui. Le green business, non », a ainsi twitté Julien Aubert, candidat à la présidence du parti. « Pour lutter intelligemment contre le réchauffement climatique, nous n'avons pas besoin de gourous apocalyptiques, mais de progrès scientifique et de courage politique », a estimé samedi Guillaume Larrivé, également candidat.

« Cette jeune fille de 16 ans qui s'engage pour une cause noble, je trouve ça plutôt sympathique », a renchéri mardi matin Christian Jacob, chef de file des députés LR et également candidat à la présidence du parti, sur RTL. « Mais j'aurais préféré que le président de l'Assemblée nationale mette en exergue les chercheurs du GIEC » (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) plutôt que « de chercher à faire un coup médiatique ».

Face aux critiques, ministres et députés sont montés au front pour défendre la cause défendue par Greta Thunberg, hissée au rang de priorité politique depuis le début de son quinquennat par Emmanuel Macron dont le bilan en matière d'écologie reste mitigé.

« De quoi (les députés appelant au boycott NDLR) ont-ils peur ? », s'interroge la secrétaire d'État à la Transition écologique et solidaire dans une interview au Parisien publiée mardi. « Je ne suis pas forcément d'accord avec tout ce qu'elle dit mais je partage son constat. On a besoin de lanceurs d'alerte comme elle auprès des jeunes notamment car le combat contre les climatosceptiques est très loin d'être gagné ».

Reuters

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64