Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito du TC par René Granmont. Le temps des sales coups

Cette année, les vacances, période on ne peut plus propice aux mauvais coups gouvernementaux, ne dérogeront pas à cette règle. Ainsi, les députés LREM viennent de voter le CETA, cet accord commercial entre le Canada et l’Union européenne. Tout aussi nocif que celui que l’UE veut passer avec le Mercosur, il foule aux pieds les principes écologiques, sociaux, démocratiques.

Même chose pour les retraites… On profite des vacances pour annoncer une refonte fondamentale du système des retraites avec deux objectifs : reculer l’âge de la cessation d’activité et baisser drastiquement le niveau des pensions.

Volonté aussi de profiter de l’inattention des citoyens pour mettre sous le tapis les affaires qui entachent le nouveau monde macronien, tellement nouveau qu’il reproduit tous les travers nauséabonds de l’ancien. On est toujours entre copains et coquins… A l’image de l’affaire de Rugy. Comme par hasard très rapidement blanchi par deux enquêtes sur ses frasques, l’une et l’autre conduites sous la responsabilité directe de ses plus proches amis politiques, à savoir le chef du gouvernement, Édouard Philippe, et le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand. C’est dire que l’indépendance du pouvoir d’enquête a été largement foulé aux pieds.

Par contre on trouve beaucoup moins d’empressement pour répondre à la question « Qu’est devenu Steve ? ». Ce jeune qui, depuis un mois, a disparu à la suite d’une charge de police contre des jeunes Nantais le soir de la fête de la musique. Mais cela n’étonne plus personne. Quand il s’agit de violences policières, l’enquête est le plus souvent menée par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) qui n’a aucune indépendance vis-à-vis du ministère de l’Intérieur. D’ailleurs la directrice générale de l’IGPN n’a-t-elle pas déclaré en juin : « Je réfute totalement le terme de violences policières ». Les rares victimes qui obtiennent gain de cause (une condamnation le plus souvent dérisoire des membres de forces dites « de l’ordre ») doivent se battre durant des mois contre les pires embûches.

Vous avez dit séparation des pouvoirs et indépendance des enquêtes et de la justice ?

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64