Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito du TC par Jacques Pumaréda. Soyez bienveillants

Les sourires ministériels sont affichés en cette rentrée scolaire, le ministre Blanquer exprime pleinement le mot d’ordre de « bienveillance » en direction des élèves comme des enseignants. Jamais on n’a eu un ministre aussi « bienveillant », cet homme veut le bien pour tout le monde. Ne lui parlez pas de moyens et d’effectifs, tout ceci est vain, ce qui compte c’est la bienveillance que les professeurs doivent témoigner à leurs élèves et ainsi triompher de tous les obstacles. « Chaque jeune a besoin d’encouragement chaque jour ». La politique du « care » diffusée en France notamment par Martine Aubry en 2010, reprise par Vincent Peillon en 2012, est devenue l’un des piliers des bonnes pratiques dans l’Education nationale. Avec cette pédagogie compréhensive, les centaines de milliers de chrysalides vont se faire papillon. Et le fossé entre les enfants des classes favorisées et ceux des classes populaires se comblera tout naturellement. Que croyez-vous, la bourgeoisie a du cœur, elle est capable de jeter un regard condescendant sur les milieux populaires. Les dames patronnesses à la sortie des offices, le dimanche, avaient toujours un geste pour les plus démunis.

Le pouvoir préfère parler de posture plutôt que de structure. Et on comprend pourquoi. Il s’agit d’escamoter les causes réelles de l’échec scolaire. La France est en soixante-douzième place de tous les pays, dans le rapport de l’OCDE sur la réussite des enfants en lien avec leur milieu social. Face à la cure d’austérité imposée au service public, cette « bienveillance » ne coûte rien à l’Etat et il en est le parfait paravent puisqu’il détourne l’attention de questions qui manquent singulièrement d’élégance, tels le nombre d’heures de cours dispensées ou le nombre d’élèves par classe. La promotion de la bienveillance tout comme l’évaluation par compétences tentent de masquer les ratés de la massification scolaire. L’idée de briser le thermomètre pour faire baisser la fièvre n’est pas nouvelle. Le tri social des élèves existe depuis longtemps, mais jamais l’institution n’a consacré autant d’efforts à le rendre invisible.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64