Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito de René Granmont. Lire le Travailleur Catalan !

J’écris ces lignes la veille de la journée unitaire d’action du 5 décembre. Cette journée s’annonce puissante, rassembleuse, déterminée tant nos concitoyens ont conscience qu’on est en train d’attenter à leur droit à vivre correctement. Le gouvernement a beau tenter de diviser les catégories sociales en livrant à la vindicte les « régimes spéciaux », d’inventer jour après jour des sondages pour étouffer les mouvements, les salariés, les retraités, les jeunes savent qu’on leur prépare un recul de civilisation. On trouve ainsi dans les Échos, journal au service des milieux d’affaires, un titre incroyable pour qui sait le soutien majoritaire à la journée de grèves et de manifestations : « Soutien inquiet des Français à la réforme ». Mais l’article se garde bien de parler de quelle réforme.

C’est d’ailleurs dans ce même journal que l’on pouvait découvrir la raison fondamentale de cette contre-réforme voulu par Macron et le Médef. En effet, ce journal a publié le 3 septembre dernier une tribune titrée « Enfin des fonds de pension en France » où il analyse ainsi le rapport Delevoye : « En donnant un vrai contenu à ce qui est aujourd’hui encore anecdotique face à la masse des retraites par répartition, on pourrait enfin assister à une réelle émergence de fonds de pension en France ». Tout est dit ! Ce que veulent Emmanuel Macron et son gouvernement, c’est détruire le système de retraite solidaire par répartition pour une retraite limitée à celles et ceux qui pourront se la payer. Ils veulent livrer nos retraites aux marchés financiers en s’alignant sur ce qui se fait de pire dans plusieurs autres pays.

Pour s’en convaincre il suffit de lire le dossier que le Travailleur Catalan a publié la semaine dernière. Qui d’autre, dans la presse du département, vous dira que l’INSEE évalue à 299 milliards les revenus financiers des entreprises et des banques qui sont exonérés de prélèvement social ? Des revenus qui, s’ils contribuaient au même taux que les salariés au financement des retraites, rapporteraient 31 milliards, soit le double du déficit maximal avancé par le Conseil d’orientation des retraites ! Quel autre organe de presse du département vous dira que réaliser l’égalité salariale entre femmes et hommes permettrait un gain pour les caisses de retraite de 11 milliards d’euros la première année et 6 milliards à terme ?

S’il fallait une bonne raison de lire, faire lire et aider le Travailleur Catalan, la bataille pour les retraites en est un bon exemple.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64