Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

La bourse ou la vie ???

Revenus décents tout au long de la vie. De l'argent il y en a ! Les riches savent cela.

En mission de communication la ministre du Travail Murielle Pénicaud a annoncé que les smicards toucheront royalement 15€ de plus par mois en 2020. Mais avec l’inflation, cela ne fera plus en réalité que 8,75€.

Quelle grande générosité cette Mme Penicaud qui, en tant que directrice du personnel de la multinationale Danone, a réalisé en 2013 une plus-value boursière de 1.129.034 euros en vendant des stock-options à la suite d’un plan social dans son entreprise.

La bourse de Paris dépasse le score historique de 6.000 points, les actionnaires français sabrent le champagne au vu de la hausse record de +3,1% réalisée cette année en terme de paiement de dividendes, alors que la croissance économique stagne à +1,3%.

On explique sans honte, à longueur de journaux et d'antennes, aux retraités, aux futurs retraités et à toutes celles et ceux pour qui les fins de mois sont difficiles qu’il n’y a pas d’argent !

Dividendes, SMIC… La formule « Capital First ! » (Le capital d’abord !)

On peut citer en exemple les 199 millions de plus-value fais en 4 ans par les actionnaires du consortium chinois CASIL(*) ? C'est l’enrichissement insolent de ce fond spéculatif qui gère l’aéroport de Toulouse-Blagnac privatisé en 2015. Il s’apprête à vendre 507 millions d’euros la part qu’il possède dans l’aéroport alors que lors de la privatisation, celui-ci n’avait déboursé que 308 millions d’euros pour acquérir les 49,9% du capital appartenant à l’État. Quel beau Noël !

Cette situation rappelle celle des autoroutes. Chaque kilomètre rapporte en moyenne 350.000€ à son propriétaire. Le pompon revient à Area avec 733.252€/km ! « Ahurissant ! » s’exclame le magazine Auto Plus auteur de cette révélation. Avec des marges de 20 à 24%, les investissements initiaux sont vite amortis. Le macadam devient de l’or.

Les privatisations–spoliations illustrent la connivence entre les gouvernants et le monde financier. Il s’en prépare une nouvelle avec la tentative de privatisation d’ADP (Aéroports de Paris) alors que l’entreprise vient d’annoncer un bénéfice net de 250 millions d’euros au premier semestre, soit une hausse de 22% par rapport à 2018.

Ne pas laisser piller la nation par ces cannibales du 21e siècle devient un acte de résistance, exiger qu’un referendum décide du sort d’ADP un acte de salubrité publique.

Chaque jour la preuve est faite que l’argent ne manque pas pour financer le SMIC, les retraites et vivre décemment dans un monde plus propre.

(*) China Airport Synergy Investment Limited

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64