Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Pas de chance pour la Macronie

Réforme des retraites. La pilule du libéralisme ne passe pas.

Depuis la fin 2018 Emmanuel Macron se fait chahuter par les Gilets jaunes. Il a pourtant eu l’occasion de se remettre en selle grâce au grand débat national. L’exercice visait à reprendre la main à quelque mois des européennes pour installer durablement le seul paysage politique capable de le faire réélire : Marine Le Pen, lui et le désert.

Opération en partie réussie lors des européennes, mais, première claque : le parti de sa meilleure ennemie arrive devant le sien.

Et puis... tout se détraque à nouveau. Voilà que le train de vie de son ministre de l’Écologie, chargé de serrer la ceinture des Français au nom de l’intérêt supérieur de la planète, est dévoilé. Grands vins et crustacés auront eu raison de son été.

La réforme des retraites, prévue dans son calendrier était pourtant lancée. Il pensait que son projet, bien que minoritaire dans le pays, ne rencontrerait pas d’opposition majeure. Une chance pour le gouvernement, le mouvement des Gilets jaunes avaient reflué et les syndicats, vestiges de l’ancien monde, ne parviendraient plus, d’après ses experts, à mobiliser. Amiel et Emelien, deux jeunes ex-conseillers élyséens n’avaient-ils pas expliqué doctement dans un livre que « les citoyens n’ont plus besoin de la CGT pour organiser des manifestations ».

Patatras… Le mouvement social est de retour sur le devant de la scène avec syndicats et gilets jeunes en têtes. Et ce pauvre Jean-Paul Delevoye, le monsieur réforme des retraites qui se met à faire de grosses bêtises l’obligeant à démissionner.

Droit dans ses bottes, Macron et les siens continuent

Le président Macron insiste et compte, avec sa réforme, mettre la France à l’heure de la mondialisation néolibérale. Cette époque exaltante où partout les droits des peuples régressent au profit d’une infime couche de possédants.

Mais alors qu’ils pariaient sur une interruption de la contestation pendant les fêtes, Emmanuel Macron et son gouvernement semblent à présent miser sur le pourrissement du conflit. Sa stratégie ? Isoler les grévistes et les pousser à durcir leurs actions pour les couper de la majorité de Français qui les soutiennent malgré tout.

Emmanuel Macron compte pouvoir tenir contre la majorité de l’opinion et face à un mouvement de grève historique. Une folie qu’il risque in fine de payer cher au regard de la détermination sans faille des grévistes et un soutien des français qui ne faiblit pas malgré les éditocrates à la botte du libéralisme.

Dans ce pays de gaulois réfractaires, le progressisme de contrefaçon n’a pas la cote. Macron a tout de même réussit deux choses : mettre tous les syndicats dans la rue contre le fait de repousser l'âge pivot de la retraite à 64 ans et, pour la première fois depuis 25 ans, faire retrouver ensemble toutes les gauches sur une tribune, poussées à faire front face à la réforme des retraites.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64