Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L'Édito du TC par René Granmont. Le royaume pourri de la Macronie

En quelques jours, l’insondable fatuité de l’exécutif dispensant sans vergogne mensonges et manipulations, son mépris, sa morgue à l’égard de tous ceux qui osent contester les choix du prince, l’inhumanité de sa politique auront éclaté au grand jour.

Doit-on parler d’erreur ou d’incompétence quand la garde des Sceaux, dans une phrase sur les insultes à la religion, semble rétablir une sorte de délit de blasphème ? Doit-on aussi parler d’erreur ou bien de friponnerie du ministre de l’Intérieur en évoquant ces dispositions de sa circulaire excluant 96 % des communes -excusez du peu- de la présentation nationale des résultats des prochaines élections municipales, dispositions retoquées depuis par le Conseil d’État ?

Comment croire que le ministre Jean-Michel Blanquer a fait une erreur en promettant aux enseignants des revalorisations de leurs salaires dans des conditions dont il n’aurait pas dû ignorer qu’elles étaient, a dit le Conseil d’État dans son avis sur le projet de loi sur les retraites, « contraires à la constitution » ? De la part d’un docteur en droit qui a enseigné le droit constitutionnel durant 6 ans à Paris III, cette « erreur » n’est en fait qu’un enfumage de plus de la part de quelqu’un qui, dans le déni le plus total, s’obstine à imposer sa réforme du bac en instituant une répression d’un niveau rarement atteint contre les lycéens et les enseignants qui s’y opposent. Où a-t-on déjà vu des candidats à un examen passer les épreuves, dans une salle cadenassée ou en présence de policiers ?

Enfin comment justifier la monstrueuse inhumanité des propos de la ministre du Travail -comme des députés de la majorité qui ont approuvé sans barguigner- qui ne trouvait à dire, pour justifier son opposition à la proposition de donner aux parents la possibilité de se relever après le choc terrible de la mort d’un enfant durant douze petites journées, que « ce que vous proposez, c’est un congé payé à 100 % par l’entreprise. » Ce qui s’est exprimé là, avec cette violence, c’est toute la cruauté d’une vision politique où seul le profit a droit de cité. Et qu’on ne vienne pas faire de plat mea-culpa ou encore parler d’erreur !

Il peut toujours oser glapir « Allez en dictature, vous verrez ! », aujourd’hui le roi est nu. Le mensonge, la tricherie, l’incompétence, l’autoritarisme, l’inhumanité de ce gouvernement comme la veulerie de sa majorité éclatent au grand jour !

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64