Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito du TC par Nicole Gaspon : Peut-on faire confiance ?

Une réelle attente traversait le pays dimanche dernier avant la conférence de presse du Premier ministre. Une fois de plus, la montagne a accouché d’une souris. Plus de deux heures d’occupation médiatique, les discours croisés, outre d’Édouard Philippe, du ministre de la Santé, du directeur général de la santé, d’une médecin virologue... Tout cela pour que les Français restent avec leurs interrogations, voire leurs angoisses.

La situation que nous vivons toutes et tous depuis des semaines est en effet particulièrement difficile, avec bien sûr, de notables degrés. On ne dira jamais assez le drame des sans-abris, des migrants, des précaires, des personnes âgées... L’épidémie est un phénoménal révélateur des inégalités et des maux dont souffre notre société. Les ravages du libéralisme, de la recherche effrénée du profit apparaissent avec une glaciale évidence. Les peuples sont aujourd’hui livrés pieds et poings liés à des gouvernants dont certains proprement calamiteux ou carrément criminels. La situation des États-Unis est terrifiante, à l’égal de celle du Brésil.

En France l’exécutif table sur la communication et un semblant de transparence, mais son occupation incessante du terrain ne peut cacher son impréparation et sa mauvaise gestion de la crise. Et c’est un grand flou qui entoure l’après. Bilan de la prestation de dimanche, le 11 mai : on déconfine sans déconfiner tout en déconfinant. Sur les masques et les tests indispensables pour la sortie ? On ne sait pas trop. Une deuxième vague ? L’hôpital victime de décennies d’austérité pourra-t-il y faire face ? Y a-t-il la volonté politique de tirer les leçons de la crise ? Le gouvernement porte une grande attention à la reprise économique, alors que c’est l’humain qu’il faudrait privilégier.

Pourtant plusieurs indices (le projet de loi de finances rectificative, entre autres) montrent que Macron et les siens ont bien envie de continuer comme avant. Pire, la période se caractérise par une absence totale de vie démocratique. Le parlement n’est pas vraiment consulté, l’exécutif gouverne seul. Il n’en a pas moins perdu la confiance d’une majorité de Français qui attend des réponses et des actes. Il faut maintenant qu’elle se fasse entendre.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64