Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito du TC par Jacques Pumaréda. La croisière prend l’eau. À bâbord toute

Dans cette atmosphère de « fin du monde », la crise du coronavirus révèle deux observations majeures, l’une la dangerosité réelle de la maladie et l’autre la dégradation organisée de notre système sanitaire. Les grands médias occultent l’examen critique de cette deuxième observation. Notre système  est basé depuis les années 2000 sur la tarification à l’activité qui détermine le financement des établissements hospitaliers au nombre d’actes médicaux effectués, comme dans une entreprise privée. Ce principe du soin-marchandise importé des États-Unis a conduit à l’étranglement des services hospitaliers. C’est bien les politiques suivies par Sarkozy, Hollande et Macron qui ont brisé le système de santé qui était un des plus performants au monde. Oui il faut assumer d’avoir des lits disponibles à l’hôpital de la même façon que nous assumons d’avoir des pompiers présents dans les casernes même quand ils ne font qu’astiquer leur camion en attendant la sirène.

Face à cette crise sanitaire majeure, un certain nombre de dogmes ont volé en éclats. Les règles budgétaires européennes sont suspendues, la réforme des retraites reportée ainsi que celle de l’Assurance chômage. Est-ce le début de la fin d’un capitalisme prédateur qui met la vie des citoyens en danger ? Rien n’est acquis d’avance et les larmes de crocodile versées par nos dirigeants ne doivent pas nous tromper. Certes des voix s’élèvent, nombreuses, avec le souci d’agir pour changer le modèle de développement en France et dans le monde. C’est maintenant qu’il faut dénoncer l’ensemble des traités européens et de libre-échange, remiser la concurrence au magasin des accessoires et revoir notre rapport à la planète. Des éléments-clés d’une coalition politique anticapitaliste pour imposer dès maintenant un programme de rupture. Ce mouvement ne se conduira pas dans les salons parisiens où les ambitions présidentielles sont déjà à l’oeuvre mais sous la conduite de ceux qui écopent en fond de cale pour prendre la barre à ceux qui se trémoussent sur les ponts supérieurs.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

L’édito du TC par Jacques Pumaréda. La croisière prend l’eau. À bâbord toute

le 08 May 2020

    A voir aussi



     
    44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64