Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

La colère monte

Changer de politique ! Mais avec ce nouveau gouvernement il n'est question que de chantage à l’emploi, d'allongement du temps de travail, de baisse des salaires…

Alors qu’au plus dur de la crise sanitaire, le chef de l’État avait pris l’engagement de rompre avec le mépris affiché par son gouvernement à l’égard des soignants, le Ségur de la santé est qualifié « d’imposture » par les soignants.

Il s'est terminé avec une augmentation de 180 euros par mois(*) quand les syndicats et autres collectifs en demandaient 300. Les 180 euros sont bons à prendre mais où sont les ouvertures de lits ? Les recrutements à l’hôpital et dans les Ehpad ? Seulement 15.000 embauches dont la moitié correspond à des créations de postes et l’autre moitié à des recrutements sur des postes non pourvus ont été obtenus. Les personnels de santé estiment les besoins à 100.000 emplois !

Quid de l’effacement de la dette des hôpitaux ? Quid du renforcement du choix du service public ?

Changer fondamentalement de politique demeure toujours un impératif. L’entêtement libéral de ce gouvernement qui ressuscite la réforme des retraites et fait la sourde oreille aux revendications des soignants accélère la contagion de la colère.

L’urgence, ce sont les emplois

Le nouveau Premier ministre Jean Castex a commencé son agenda social en recevant individuellement les leaders des syndicats de salariés et les représentants du patronat. Son objectif : remettre la réforme des retraites sur la table.

« On a clairement dit au Premier ministre que la question des retraites ne devait pas venir polluer la question de la relance », a affirmé Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT. Mais de saluer une prise de contacts « très franche, très ouverte sur la question de la méthode ». Un côté « très direct, très franc », a également apprécié le patron des patrons Geoffroy Roux de Bézieux. S’il veut aussi d’abord miser sur la relance, lui ne trouve pas gênant de remettre le dossier des retraites sur la table à la rentrée.

« Il était attentif à nos propos mais la confiance ça se gagne », a déclaré Philippe Martinez (CGT). L’échange avec Jean Castex n’a pas permis de gagner cette confiance puisque la CGT a déjà appelé à une journée de manifestation et de grève le 17 septembre prochain.

Jean Castex a, sans attendre, pris le relais d'Édouard Philippe pour poursuivre le cap fixé par Emmanuel Macron. Il n'est question que de chantage à l’emploi, d'allongement du temps de travail, de baisse des salaires… Le gouvernement met en avant tout son arsenal pour détruire massivement les emplois, les droits des salariés et leurs acquits sociaux, au profit des politiques patronales mortifères.

Comme pour Renault, Air-France, Sanofi et bien d'autres, les milliards coulent à flot pour les entreprises du CAC40 mais il n'est aucunement question de conditionner ces aides publiques au maintien de l’emploi.

Les « premiers de corvée » et les confinés du Covid-19, toutes celles et ceux qui rêvent d'un jour d'après ne se laisseront pas faire.

(*) L'augmentation se fera en deux fois : 90€ en septembre 2020 et 90€ en mars 2021.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64