Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Perpignan. La police débranche les gens du voyage installés au parc des expositions

Les policiers sont intervenus en force ce jeudi après-midi autour du campement des gens du voyage installés au parc des expositions.

Le campement a été cerné ce jeudi par les forces de l'ordre qui ont coupé les branchements de fortune tirés sur les réseaux d'eau et d'électricité du voisinage par les quatre-vingt familles installées dans des caravanes. Le ton monte.

« On sait que ce n'est pas bien de se brancher sur les autres ou dans la rue, mais on n'a pas le choix. On a des nourrissons et des malades chez nous, on a impérativement besoin d'eau et de courant », tempête un des pères de famille furieux d'assister, impuissant, au déploiement des polices nationale et municipale de Perpignan. Elles interviennent en milieu d'après-midi ce jeudi 9 juillet.

Arrivés en file indienne, les fourgons prennent rapidement position autour du rond-point du Mas-Donat. Avant de passer à l'action, le nouveau maire des quartiers nord, Bernard Reyes tente de parlementer. « Je suis venu leur dire que l'aire d'accueil du Barcarès a été nettoyée et le transformateur réparé. Je m'en suis occupé, là-bas tout est prêt pour les recevoir et de toute façon, c'est le seul terrain aujourd'hui disponible », argumente l'élu. En vain.

« Si la police ne nous rend pas nos tuyaux, on fait venir trois cents caravanes et on bloque Perpignan »

« On refuse d'y aller, c'est la gadoue et c'est trop dangereux pour nos enfants, ça grouille de serpents », ripostent les gens du voyage contraints de quitter Cabestany lundi dernier. Et fermement décidés depuis à camper sur leurs positions et donc sur ce parking-relais du parc des expositions de Perpignan. « On n'y est pas bien, il fait très chaud, il y a beaucoup de circulation, mais on n'a nulle part ailleurs où aller. Alors on va rester jusqu'à ce qu'on puisse légalement retourner à Cabestany. Sinon, que l'Agglo ou la mairie nous fassent une bonne proposition », préviennent-ils déterminés. Les forces de l'ordre le sont également. Une mission en prime, vite opérée. Couper les longs câbles sommairement tirés depuis les caravanes jusqu'aux bornes d'alimentation en eau et électricité du secteur.

Les branchements qui courent au milieu du giratoire sont retirés les uns après les autres. « Ils nous ont volé nos tuyaux. S'ils ne nous les rendent pas, demain on fait venir deux cents à trois cents caravanes et on bloque Perpignan. C'est facile pour nous, on est l'église évangélique Vie et Lumière, on est 800.000 rien qu'en France », menacent les occupants, femmes et enfants en tête. Jean prend la parole pour calmer les esprits. « On est des gentils nous, on vit dans le département à l'année, on est presque des sédentaires, on ne pose aucun problème à personne », assure-t-il, implorant le ciel d'être entendu.

Bernard Reyes préfère tourner les talons. « C'est la première fois que des gens du voyage installent un campement dans la ville, je suis sûr c'est un coup politique contre Louis Aliot, un cadeau empoisonné qui est fait à notre maire », croit l'adjoint, mordicus.

Corine Sabouraud (L’Indépendant, le 9 juillet 2020)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Perpignan. La police débranche les gens du voyage installés au parc des expositions

le 27 juillet 2020

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64