Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Le monde d’après commence maintenant

Mouvement social. Les colères montent face à la casse.

Cette semaine, des cortèges masqués ont exprimé, partout dans le pays, la même exigence de justice sociale et d'un changement profond de politique qui tienne compte des leçons de la crise sanitaire. Un signal fort a été envoyé à Emmanuel Macron pour lui signifier qu’il n’a pas le champ libre. La France des usines, des hôpitaux et des écoles sait toujours donner de la voix.

Dans les rangs de manifestants, on trouve beaucoup de colère. Qu’ils soient aides-soignants, cheminots ou enseignants, qu’ils soient du public ou du privé, tous en ont gros sur le cœur.

Interrogations et aspirations

Beaucoup d’interrogations agitent les manifestants. La situation sanitaire les interpelle. Lutter contre les régressions sociales en cette période s’avère complexe mais nécessaire. Aux difficultés habituelles pour mobiliser, s’ajoute un climat incertain. « Le bon vaccin c’est la lutte », affirment avec humour certains dans les manifs.

Les aspirations ne sont pas entendues par le gouvernement. Or, les 32 heures de travail par semaine, le Smic à 1.800 euros sont des revendications qui demandent à être portées politiquement. Tous les jours, on peux voir les dégâts des suppressions d’emploi. Il faut donner la parole à ceux qui sont sans voix, leur redonner le goût de s'intéresser à la politique.

Le gouvernement laisse faire la casse sociale. Il a trouvé dans la Covid-19, l’arme parfaite pour précariser les travailleurs. On  demande moins de temps de repos et plus de travail à ceux qui ne sont pas licenciés. L'objectif est de faire plus avec moins de salariés.

Reprendre la main

Les manifestants ont fait éclater leur colère face à l’immensité de la crise économique et sociale provoquée par le coronavirus. Elle est grande aussi face aux grands groupes qui profitent de la situation pour augmenter les dividendes et licencier leurs salariés tout en recevant des monceaux d’argent public.

Ils ont montré par leur refus de la fatalité et par leur conviction qu’un chemin différent est possible.

Il est difficile de comparer la mobilisation du 17 septembre avec les manifestations d’avant la pandémie. Il s’agit, pour le mouvement social, de reprendre la main et d’imprimer sa marque dans un débat public où tout est fait pour effacer la question sociale.

Le monde d’après commence ici. C’est à ceux qui tiennent le pays debout par leur travail d’écrire la suite.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Le monde d’après commence maintenant

le 20 September 2020

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64