Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Proposer une autre politique

Jours d'Après. Besoin de projets ambitieux.

Les déculottées électorales pour le parti du président de la République s'enchaînent, les rats quittent le navire, Pierre Person délégué général adjoint de La République En Marche a démissionné de sa fonction estimant que « le parti présidentiel n'est pas en mesure d'affronter la nouvelle étape du quinquennat ».

Lors des six dernières élections législatives partielles, les candidats macronistes ont été sortis dès le premier tour, perdant même le seul siège dont ils disposaient. Cet échec succède à la débâcle de LaREM aux municipales.

Rejet des Français

Ces revers électoraux confirment les indications du dernier sondage IFOP selon lequel 62 % des Français rejettent le nouveau monde de Macron. Une étude de l’INSEE pointe d'ailleurs l’accroissement des inégalités de revenus. Depuis 2018, les 30 % des Français ayant les plus bas revenus ont vu leur rétribution disponible diminuer. À l’inverse, le niveau de vie des 5 % les plus riches a augmenté de 1,2 % !

Les Français ne s'y retrouvent plus, le terme de Président des riches n'a jamais aussi bien collé à la peau de Macron. La droite n'y arrive plus, le président de la République tente de la cannibaliser elle a un projet similaire au sien.

À gauche, l’espoir avait refait surface lors des municipales. Rassemblés, écologistes, communistes, socialistes et insoumis ont conquis des métropoles. Mais cet espoir est en train de disparaitre derrière le brouillard des ambitions partisanes ou personnelles de certains. Mélenchon est obnubilé par la présidentielle. Les dirigeants d’EELV oublient que leurs succès aux municipales sont le fruit du rassemblement à gauche, donnent du menton et réclament le leadership dans les scrutins à venir.

Des projets ambitieux

Les Français non pas besoin de querelles d'ambitions personnelles, ils ont besoin de projets ambitieux. Ils espèrent des perspectives de vie écartant notamment le déclassement et la précarité. Si la gauche n’y répond pas, la menace sera réelle de voir l’extrême droite de Marine Le Pen s’emparer de régions au gré d’alliances de circonstances avec une partie de la droite, en captant au passage un vote anti-Macron. L’Occitanie n’est pas à l’abri d’un tel scénario dont le peuple paierait inexorablement le lourd tribut social, écologique et démocratique.

Si la différence de sensibilités politiques au sein de la gauche est normale, il faut se souvenir que la droite et l’extrême droite ne gagnent pas parce qu’elles sont les plus fortes, mais parce que la gauche est plus faible. En 1981, la gauche avait un projet commun, elle représentait 45 % des intentions de vote et elle a été élue. Aujourd'hui elle n'a pas de projet commun et ne représente plus que 27 %. Cela devrait faire réfléchir.

L’urgence appelle la gauche à réunir rapidement sur les propositions les plus progressistes de chacune de ses composantes, afin de les livrer en commun au débat public pour associer le plus grand nombre de citoyens à un véritable projet collectif de progrès.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Proposer une autre politique

le 27 septembre 2020

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64