Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Un Leitmotiv agaçant

Covid. C'est toujours aux citoyens de faire des efforts face à la gestion calamiteuse du gouvernement.

Une fois de plus Emmanuel Macron a fait monter, jeudi, son premier ministre au créneau pour avouer une absence de perspectives. Jusqu’à quand les cinémas, théâtres, bars et autres restaurants vont-ils pouvoir tenir ? Jusqu’à quand les soignants dans les hôpitaux vont-ils faire face à cette fameuse pression du virus sans moyens supplémentaires ? Jusqu’à quand les citoyens vont-ils accepter d’être réduits à leur seule force de travail, de se voir distribuer des bons points ou des mauvais points pour s’être bien ou mal comportés ?

Le ton du gouvernement est toujours le même depuis le début de la pandémie. Il cache une gestion laborieuse la crise sanitaire soumises aux lobbies de la loi du marché. Les Français doivent se contenter de courber l’échine face à la fatalité virale, de trembler devant les terribles variantes britanniques ou sud-africaines.

Après l'auto-médication, l'auto-suggestion pour se confiner voici maintenant l'auto-arrêt de travail : les savants qui nous gouvernent ne savent plus quoi inventer pour masquer les manques de moyen délivrés à l'hôpital et à la médecine de ville.

Une vaccination laborieuse

Et le vaccin alors ! Quelques dizaines de milliers de personnes par jour en rythme de croisière nous annonce t-on. Il va falloir alors quelques dizaine d'années pour vacciner la population ! Quelle irresponsabilité ! Les élus du territoire, toutes tendances confondus (sauf peut-être les macronistes mais il y en a si peu) sont prêts à mettre tous les moyens dont ils disposent pour favoriser la vaccination de la population. Les autres pays européens s'approchent du million de personnes vacciné par semaine.

Olivier Véran aligne les chiffres quand le Premier ministre justifie le retard à l’allumage : « ce démarrage plus lent de la campagne de vaccination est un choix ». Mais un million de personnes seront vaccinées fin janvier promet-il, sans détailler les moyens à mettre en place pour ce faire. De plusieurs dizaines de milliers par semaines à un million pour la fin janvier, Olivier Véran a dû vraiment être très fort quand il était a l'école. De toute façon il s'en lave les mains, ce sont aux préfets de se débrouiller pour l’organisation.

Depuis le début de la pandémie, la rengaine est toujours la même. Face à la détresse morale et sociale, on accuse les citoyens de ne pas être sage mais on les force à s'entasser dans les transports en commun pour aller travailler, aller se ravitailler dans les grandes surfaces souvent loin des centre-ville et surtout d'être rentrer avant 18h ou 20h sinon pan-pan cul-cul.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64