Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Macron prépare la France d’Après

« Choose France ». La réunion annuelle de Macron se déroule cette année en visio.

On n'en parle pas à la télé ni dans les journaux de la pensée unique, chaque année, fin janvier, Macron invite les grands patrons internationaux à « choisir la France » dans la galerie des glaces du château de Versaille. Pour cause de pandémie, le rendez-vous a eu lieu, cette année, en visioconférence.

En préambule, Macron a déclaré : « Nous devons avoir une vision pour les décennies à venir, préparer notre société pour les années à venir ». Son programme tient en quelques phrases. Son objectif est de ne « pas ralentir les réformes ». Il pense surtout à la réforme des retraites, à la privatisation des Services publics, à la mise à sac du système de santé et de la protection sociale…

Ses promesses sont juteuses pour le grand patronat. Il déclare que « le taux d’impôts sur les sociétés sera abaissé pour atteindre 25% l’année prochaine ». Il est de 30% aujourd’hui. Et bien sûr d'affirmer qu'il ne reviendra pas sur la suppression de l’impôt sur la fortune. Il poursuit en voulant baisser « les taxes sur la production d’environ 10 milliards d’euros par an, ce qui est tout à fait sans précédent ». La loi Asap(*) permettra avec moins de contraintes écologiques « de rendre plus facile l’installation de nouveaux sites industriels ou des extensions ».

Derrière ces annonces, la réalité

À aucun moment le président n’a fait part d’attentes ou de contre-parties de la part de ces investisseurs potentiels, était-ce nécessaire ? Les exemples de Bridgestone à Béthune et Ford Blanquefort qui ont licencié plus de 800 salariés chacun, n’étaient-elles pas là pour rappeler à ce parterre qu’en France, on peut licencier en réalisant des bénéfices ?

Selon l'ONG britannique Oxfam, le niveau de richesse des 43 milliardaires de notre pays a augmenté de 175 milliards d’euros depuis le début de la crise sanitaire. En revanche, le nombre de pauvres a bondi de 3 millions. Le taux de pauvreté n’a jamais cessé d’augmenter. Il est passé de 7 % à 8,2 % entre 2004 et 2019. Les milliardaires rient encore du mythe du ruissellement des richesses.

L’insécurité sociale, l’insécurité sanitaire, deviennent prégnantes. La crainte du lendemain, la perte de confiance dans les institutions et dans le pouvoir actuel et le désir d’échapper coûte que coûte à un sort qui semble fixé d’avance forment un cocktail explosif. À défaut d'un projet audible de la gauche, il se traduit par une nouvelle poussée de l’extrême droite.

Un sondage Harris Interactiv pour Le Parisien, indique que si l’élection présidentielle avait lieu aujourd’hui, Marine Le Pen serait en tête au 1er tour avec entre 26 % et 27 %, Emmanuel Macron obtiendrait 23 % à 24 %. Le deuxième tour laisserait les deux personnages ex æquo. Le réflexe républicain s’essoufflant, et le vote de classe à droite s’affirmant à travers la candidate d’extrême droite, il y aurait gros danger.

Face à ce qui se trame à Versailles ou a Paris, le chantier est énorme pour construire le jour d'Après. Les citoyens doivent retrousser leurs manches. Tout commence par une forte mobilisation lors de la journée intersyndicale du jeudi 4 février. La gauche, réveille toi, le peuple a besoin de toi !

Dominique Gerbault

(*) Accélération et simplification de l'action publique.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64