Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Le ras-le-bol de la culture

Les timides annonces ne suffisent pas. Tous, des artistes au public en passant par les élu.e.s, réclament le retour de la culture.

Après quatre mois de mise sous cloche, directeurs de théâtres, conservateurs de musées, gérants de cinéma, organisateurs de festivals et artistes n'en peuvent plus de ne pas pouvoir exercer leur métier. Ils ne voient rien venir. Le gouvernement joue avec leurs nerfs.

Ils ne comprennent pas quand d’autres secteurs (transport, commerce…) peuvent ouvrir. Secteurs où le brassage des populations est beaucoup plus important avec des risques de contamination plus importants. Les rassemblements de protestation du monde culturel se multiplient avec le soutien du public.

Les miettes de la ministre de la Culture n’ont pas calmé les colères. Elle a promis que les festivals pourraient se tenir cet été, à condition d’accueillir 5.000 personnes maximum en position assise « à distance » et sans buvette. Les festivaliers sont donc invités à « s’adapter ». Des concerts tests auront lieu à Paris et Marseille. Un protocole est en cours d’élaboration pour les musées qui devraient être les premiers à rouvrir. En revanche, rien à l'horizon pour les cinémas, les théâtres ou l’opéra.

La culture essentielle à la vie

Le 29 mars 2020, le directeur général adjoint de l'Unesco, Ernesto Ottono déclarait que la culture était « un besoin vital en temps de crise ». Il insistait sur les grandes difficultés de ce secteur, frappé de plein fouet par les conséquences de la pandémie de la Covid-19. En conséquence, l'Unesco appelait à un soutien massif aux artistes et à l’accès à la culture de la population.

Cet appel international n'a pas été entendu par le gouvernement français pour qui la culture est un secteur jugé « non essentiel ». Cette marginalisation est un véritable danger, elle laisse à penser que l’on peut s’en dispenser. Les premiers a en pâtir sont les publics qui en ont le plus besoin. En mettant la culture sous l’éteignoir c’est son accès que l’on condamne.

Qui de mieux pour juger des conditions de réouverture des lieux de culture que les élus, artistes et citoyens des territoires, en lien avec les autorités sanitaires et dans le respect des protocoles du même nom ?

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64