Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

8 mars. Un appel à une « grève féministe » en soutien aux « premières de corvée »

Plus que jamais.  Journée internationale des droits des femmes.

Un collectif national d’une quarantaine d’organisations syndicales et associatives soutenues par les partis de gauche appelle à une « grève féministe » pour réclamer notamment, la revalorisation des métiers à prédominance féminine dont la crise sanitaire a démontré le caractère indispensable.

Le 8 mars sera, partout en France, un jour de « grève féministe ». À Perpignan, le rendez-vous est organisé à 18h place de la Résistance pour relayer cet appel unitaire à l’égalité à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes.

Aujourd’hui la parole des femmes se libère. Elles n’acceptent plus le silence sur les assassinats, les maltraitances, les viols et les violences au sein de la famille, dans la rue, au travail. Elles n’acceptent plus les salaires de misère et l’épuisement des journées de travail doublées par les tâches domestiques gratuites que leur impose cette société capitaliste et patriarcale.

Elles n’acceptent plus que d’autres décident à leur place de ce qu'elles veulent faire de leur corps. Comme le montre cette volonté scandaleuse des sénateurs de refuser l’extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules.

Essentielles mais sous-payées

Malgré des avancées incontestables, les discriminations que subissent les femmes restent fortes et tenaces : sur-chômage, précarité (80 % des emplois au Smic sont occupés par des femmes, qui représentent aussi la plupart des contrats partiels), faible valorisation de leurs diplômes, concentration dans un nombre limité de professions, moindre accès à des postes à responsabilité, retards de carrière…

Ces inégalités prennent une résonance particulière avec la pandémie que nous connaissons depuis maintenant un an. Les fameux « premiers de corvée » sont généralement des premières de corvée. Ce sont également les premières à être oubliées, puisque si on regarde ce qu’il se passe du côté de la santé, de l’aide à domicile, des grandes surfaces, il n’y a pas la reconnaissance à laquelle on pourrait s’attendre. Au contraire, il y a une amplification de la crise sociale dont les femmes sont les premières victimes.

Ce sont pour ces raisons que le PCF soutien cette « grève féministe » et réclame des mesure ambitieuses pour mettre fin à la disparité salariale dont les femmes sont victimes, l’ouverture de véritables négociations sur la revalorisation des métiers à prédominance féminine. Il exige enfin une protection renforcée pour toutes les victimes de violences sexistes et sexuelles. Pour tout cela, il demande des moyens suffisants.

Partout dans le monde, les femmes luttent pour leurs droits mais sont aussi à l’avant-garde de tous les combats pour l’émancipation de toutes et tous, contre le sexisme, le racisme, contre toutes les discriminations et pour une société plus juste. Le 8 mars est un symbole mais les lutes doivent continuer inlassablement, car tout ce qu'elles obtiendrons, elles l’arracherons par leur détermination.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64