Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Le billet d’Yvon Huet. La République révoltante

Un de mes amis, chercheur en immunologie, a réagi hier soir aux propos de Jean Castex, Premier ministre de sa majesté Macron qui, tous les jeudis, impose à 67 millions de Français un discours lancinant d’autosatisfaction pour imposer sa conception de la lutte contre la pandémie. « J’en perds mon latin, mon grec, mon hébreux, mon arable, mon Yiddish si j’étais ashkénaze, et mon mandarin avec ce confinement qui n’en est pas un », explose-t-il.

Cette mesure si tardive, annoncée dans 16 départements dont ceux de l'Ile de France (12 millions d’habitants) dans la foulée de la cohorte des morts et gravement malades acceptés comme un passage obligé pour ne pas arrêter l’économie, voilà ce qui est proposé, dans la droite ligne d’une négation de mesures qu’il faudrait prendre, l’obligation de fabriquer des vaccins en France en levant les brevets et l’amorce d’une nouvelle politique de santé permettant aux hôpitaux publics de sortir de l’étouffement avec, entre autres, obligation de remettre en fonctionnement de nouveaux lits dans les hôpitaux tout en donnant aux soignants, aux médecins des territoires, toute la latitude nécessaire pour aider la population confrontée aujourd’hui à un grand désarroi.

Il suffit de franchir les Pyrénées pour s’apercevoir que la mesure proposée par le Premier ministre s’inspire (en partie) de ce que les Espagnols, qui ont la chance de ne pas avoir ce discours du jeudi, pratiquent et gèrent, région par région, avec des résultats intéressants. Ils n’ont pas attendu un an et laissent vivre les gens, dans le cadre géographique qui leur est imposé, en laissant notamment, dans un fonctionnement sécurisé, les terrasses de café, les restaurants, les cinémas, les théâtres et les musées ouverts. Cela ne résout pas tout, loin s’en faut, et la crise est aussi grave, voire plus encore sur le plan économique et social, mais c’est déjà tellement mieux que ce cafouillage programmé qui désespère en France et n’apporte aucun résultat.

Je pense aujourd’hui à mon camarade Yann Le Pollotec, entre autres spécialiste de la révolution numérique, qui nous a tant apporté en faisant remonter avec panache le niveau de formation des communistes français et bien au-delà, des syndicalistes et le monde associatif. Il est décédé des suites du Covid 19 à 59 ans. Il fait partie de ces victimes inutiles provoquées par une gestion calamiteuse d’un pouvoir qui n’a d’égard que pour la santé du CAC 40.

Face à cette désinvolture d'un pouvoir autocratique nuisible que l’on pourrait assimiler à la non assistance à personne en danger, profitons de toutes les occasions, y compris la révolution numérique, pour organiser les résistances et les solidarités et tracer la perspective d’un changement politique à la hauteur des enjeux d’une société malade du capitalisme qui nous jette vent debout dans le ravin de la déchéance.

Yvon Huet

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Le billet d’Yvon Huet. La République révoltante

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64