Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

La culture nous apporte une lueur d'espoir

L'enfermement ça suffit. Le monde du spectacle montre la voie.

De plus en plus de lieux de spectacle répondent à l'appel de l'Odéon à Paris. De plus en plus de salles de spectacles sont occupées. Cela peut devenir le creuset de nouvelles convergences. Ce mouvement essaime et plante ses graines au plus profond du pays. Cette culture irrigue les territoires, des grandes villes jusqu’aux plus modestes bourgades. Elle va chercher le public pour grandir avec lui.

Dans les Pyrénées-Orientales, malgré les interdictions de certains rassemblements par le préfet, notamment à Alénya, Cabestany et Elne (trois municipalités communistes comme par hasard) nous avons pu assisté à des rassemblement entre intermittents, professionnels du spectacle et un public venu nombreux. À l'instar de l'Archipel de Perpignan où a été mis à disposition un mur blanc ou chacun pouvait inscrire sa colère et ses espoirs.

Un outil d'émancipation pour le peuple

La crise sanitaire est l’argument d’autorité brandi par le gouvernement. En réalité cette culture émancipatrice ne l’intéresse pas. On vient de reconfiner certaines régions pour minimum 4 semaines. La situation est anxiogène, sans vision à long terme. Qu’on se préoccupe un peu de l’épanouissement des gens. La culture ne peut pas mourir et être sacrifiée sur l'autel de l'argent.

L’idée n’est pas de tout ouvrir n’importe comment. Il y a six mois, suivant les consignes donnés, les lieux de culture mettaient en place des mesures sanitaires strictes pour accueillir du public, les compagnies. Ces lieux ont été immédiatement refermés sans pouvoir tester ces formules !

Il y a deux mois, une réouverture en cinq étapes a été négociée avec les organisations professionnelles. Et depuis, plus rien. Ces négociations doivent reprendre avec l'objectif d'une ouverture même progressive pour au moins soulager ces milliers d’intérimaires précarisés à l’extrême depuis un an, entre perte d’employeurs ou de contrats et donc de cachets, ruptures de projets mûris sur plusieurs années.

Une création prend minimum trois ans entre le montage de la production, la création jusqu’à l’exploitation sachant que c’est aussi pour les compagnies un moyen de maintenir le contact avec les salles. Sans oublier le public bien sûr, sans qui, les artistes, ne sont plus rien du tout !

Ce monde se prend en charge, scie les barreaux de la prison dans laquelle on veut l'enfermer, et place la question sociale au cœur du débat public.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

La culture nous apporte une lueur d'espoir

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64