Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Le billet d’Yvon Huet. Choisir le meilleur

C’est le titre d’un plaidoyer d’Edwy Plenel exhortant les citoyens à rejoindre la plate-forme d’information Mediapart. L’argumentaire est suffisamment large pour que chacun y trouve son compte et je ne conteste pas que ce média est utile pour l’information et le débat public.

Vient la question délicate de la peur récurrente de voir Marine Le Pen, héritière des champions de la collaboration avec les nazis, prendre le pouvoir à l’occasion des élections de 2022. La question du meilleur se pose différemment selon la manière dont on l’aborde.

De cette peur peuvent naître deux pièges :

  • Celui du moins disant possible pour se soulager de voir notre pays échapper au pire du pire. ON subit cela depuis le début du siècle et ça n’a pas servi à grand chose ;
  • Celui du risque de s’en remettre à un compromis boiteux issu de cette peur qui fera tellement de frustrés qu’il ne résoudra rien au problème posé.

Les 10 et 11 avril prochains, les communistes seront représentés à une conférence nationale exceptionnelle tant par son importance que par sa méthode. Il faudra fait un choix clair, compréhensible par tous les communistes d’abord –c’est essentiel– et mettre en réseau les mille délégués de toutes les fédérations départementales qui seront reliés en visioconférence. En soi c’est un grand événement pour la gauche. Le seul qui permettra aux communistes de se prononcer sur une orientation par la suite, en connaissance de cause. Un bel exercice de démocratie. Certains de mes camarades, qui défendent des positions différentes sur le sujets y seront présents. Je leur souhaite de réussir le pari de l’avenir.

Du côté de la droite, les choses bougent en vue de cette élection présidentielle mortifère. La lassitude face à la farce quotidienne macroniste commence à faire douter les milieux financiers qui le soutiennent. On voit ainsi sortir de la boîte magique des panneaux relais. Le dernier en date, c’est Edouard Philippe, alias Doudou pour les intimes, ce premier ministre qui s’est sorti rapidement du panier de désenchantement de la fonction pour offrir une image d’homme de compromis, gentils avec ses petits citoyens havrais, susceptible de calmer les colères avec son regard de papa tranquille et rassurant. Il faut prendre au sérieux ces tendances qui préparent l’opinion à une relève de l’illusion. Les anciens qui ont connu le passage du Général De Gaulle à Valéry Giscard d’Estaing en ont fait l’expérience amère. Les conditions étaient certes bien différentes, mais la classe dominante sait mettre ses œufs dans des paniers différents pour se maintenir au pouvoir en toutes circonstances.

Pour remettre en cause la droite, il en a fallu des luttes populaires, des grèves, des occupations d’usine, des manifestations de masse. Nous ne ferons pas l’économie de cette indispensable dynamique sans laquelle la gauche ne peut qu’être un élève discipliné de la gestion des affaires au service des riches.

La présence des communistes, dans les élections présidentielles et législatives, sera l’expression de cette nécessité de la force populaire qu’il faut aller chercher avant tout chez ceux qui ont décidé depuis longtemps de ne plus voter et non se chamailler sur le partage des voix de ce qu’il reste de la gauche d’hier éclatée entre leaders rivaux. Quand on sait à quel point la jeunesse est écartée en masse du débat de société, que beaucoup sont tentés par le vote Le Pen, on mesure le travail qu’il reste à faire pour les convaincre que leurs intérêts sont du côté des communistes et de la lutte pour une société à la hauteur d’une espérance à remettre au goût du jour.

Les médias ne nous feront pas de cadeaux même si nos portes-paroles dont Fabien Roussel arrivent à percer l’écran ici et là de temps à autre. Notre force sera le terrain de la vie, celui qui ne triche pas et où il faudra retrouver les bases naturelles de notre idéal de partageux, dans le droit fil de la Commune dont nous fêtons les 150 ans. Nous le faisons à l’université, dans la solidarité inter-générationnelle, dans les luttes, partout où elles se développent. Les communistes du monde d’après, quel qu’il soit, n’ont pas le droit de décevoir. C’est ce chemin qui leur permettra de compter dans la gauche et lui redonner des couleurs.

Yvon Huet

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Le billet d’Yvon Huet. Choisir le meilleur

le 07 avril 2021

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64