Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

La rentrée des classes

Fin du confinement. Le 26 avril pour les élèves maternelle et primaire et le 3 mai pour les collégiens et les lycéens.

Cette décision est prise, selon les mots de Jean Castex et de Jean-Michel Blanquer, dans l’intérêt des enfants et des familles. Elle n’est pas dictée par la situation sanitaire car tous les indicateurs restent au rouge.

La fermeture des écoles est un accélérateur d’inégalités scolaires. Elle a déstructuré les parcours d’apprentissage de tous les élèves avec des conséquences beaucoup plus lourdes pour ceux dont les familles vivent dans des logements exigus, ne sont pas équipées en matériel numérique ou ne peuvent pas apporter d’aide à l’acquisition des savoirs.

Pourquoi avoir à nouveau fermé les écoles

D'après les membres de la majorité, cette fermeture avait pour but de préparer des meilleures conditions d’accueil. Qu'en est-il exactement ?

Le 26 avril, de la crèche au CM2, le retour se fera en présentiel, pour les collèges et les lycées, les cours seront assurés en distanciel par les professeurs. Pour ces dernier, le retour en classe ne sera effectif qu’à partir du 3 mai.

Dès l’apparition d’un seul cas positif au sein d’une classe, celle-ci sera immédiatement fermée, ce qui était le cas avant. Le protocole déjà mis en place sera maintenu, mais il est renforcé avec « l’utilisation de 600.000 tests salivaires hebdomadaires dans les écoles et les collèges ». 1 autotest par semaine sera distribué aux lycéens et 2 autotests seront distribués aux enseignants.

Pour assurer la tenue des cours, le ministre a annoncé le recrutement de 5.000 remplaçants. Tous les examens sont maintenus en présentiel et une session de rattrapage est également prévue pour les élèves de BTS.

Pour les syndicats enseignants et les fédérations de parents d’élèves cela ne fait pas le compte, peu de choses ont évolué. Qu'est ce 600.000 tests salivaires par semaine pour les douze millions d'élèves qui fréquentent les écoles, collèges et lycées de notre pays ? Ils sont, de plus, accueillis par près d'un million d'enseignants, de personnels d'éducation, d'administration et de direction.

Il n'est pourtant pas question de vacciner les élèves et que seuls les enseignants du plus de 55 ans ont droit à la vaccination. Une fois de plus le gouvernement gère son incurie à faire produire des vaccins. Encore une fois, il travaille pour les riches en ne disant mot sur la volonté de big-pharma de faire des profits sur le dos de la santé publique et de la Sécurité sociale en augmentant substantiellement leur prix.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64