Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’alerte civique

Quelles leçons tirer d’une double élection régionale et départementale où les deux tiers des citoyens refusent de se rendre aux urnes ? Nous vivons un naufrage démocratique, une crise sans précédent de la représentation politique. Les classes populaires continuent de manifester leur défiance et leur contestation d’un système dans lequel elles ne se reconnaissent plus.

Le chef de l’État avait beau claironner qu’il allait « réduire la fracture démocratique », c’est exactement l’inverse qui est « en marche ». Sans citoyens-électeurs notre pays ne pourra conserver longtemps le statut de démocratie. Cela déplait-il aux classes dominantes ? Pas du tout ! Elles ont ainsi les mains libres pour mettre en œuvre leurs choix antipopulaires et antinationaux. L’organisation de la vie démocratique du pays est frontalement mise en cause et appelle à construire une nouvelle république sociale et démocratique.

L’indifférenciation croissante du paysage politique sous les auspices du marché tout puissant, l’écrasement de la souveraineté populaire par les forces du consensus libéral et la morgue de celles-ci figurent parmi les causes premières du désastre. Le schisme entre la population et la représentation politique s’est considérablement amplifié depuis le piétinement du vote majoritaire des français contre le projet de traité constitutionnel européen en 2005. Cette forfaiture aura été la suprême manifestation de l’arrimage des classes possédantes à l’Union européenne et à ses traités libéraux, qui se traduisent concrètement pour le peuple travailleur par la démolition de la République sociale héritée de la grande Révolution et du mouvement ouvrier.

Depuis lors, la participation électorale s’effondre de scrutins en scrutins, laissant présager une « gouvernance » sans onction populaire dont rêve le capital, sa technocratie d’État et ses mandataires ; une sorte de suffrage censitaire insidieusement institué par la condamnation préalable de toute forme d’alternative sociale et politique. Le suffrage est ainsi surdéterminé par le comportement électoral des classes supérieures qui, soit par habitude, soit par intérêt, se mobilisent. Une telle configuration a cependant toutes les chances de se fracasser sur le mur des réalités noires que l’époque nous réserve. En Italie, le processus d’indifférenciation est arrivé à maturation avec un gouvernement d’union nationale englobant libéraux, sociaux-démocrates, nationalistes et populistes dits de gauche. Les néofascistes incarnent aujourd’hui seuls l’opposition et sont devenus la seconde force du pays, culminant à 20 % dans les sondages les plus récents. De tels développements pourraient se produire en France si la situation venait à perdurer. Pourtant, la stratégie présidentielle consistant à créer un duo avec la cheffe de l’extrême droite subit un terrible désaveu. Le parti présidentiel est dans une situation d’extrême faiblesse et souvent disqualifié. C’est le parti de droite, empruntant honteusement les thèmes de son extrême qui en profite.

Le fait que les élections départementales et régionales soient les plus touchées par ce désaveu démocratique ne doit rien au hasard : les régions comme les départements -survivances d’une démocratie vivante et de proximité- ont été les galops d’essai de la libéralisation des institutions : les deux échelons ont été dévitalisés, et au fur et à mesure privés de leur autonomie d’action. Sous couvert de décentralisation, avec la loi de 2004 et, après elle, la loi NOTRE votée sous le quinquennat Hollande, et bientôt la loi dite 4D, ces assemblées sont tendanciellement devenues des auxiliaires du pouvoir national, lui-même arrimé à l’Union européenne et aux exigences du capital. Ainsi, personne ne relève que les transports ferroviaires devenus responsabilités des régions sont placés sous la tutelle de la directive européenne votée par les droites et ouvrant le secteur à la concurrence. Leurs budgets, désormais, sont essentiellement consacrés à leurs compétences obligatoires, avec le garrot des dotations continuellement resserré autour du cou. Ces phénomènes majeurs qui touchent à l’organisation démocratique du pays et la libre administration des collectivités, à leurs capacités d’action pour le logement, la culture, l’éducation, les transports, l’emploi, n’auront fait l’objet d’aucun débat télévisé, d’aucune analyse par les grands médias tout occupés à scénariser les desseins du pouvoir. La mobilisation à gauche des travailleurs et des citoyens dimanche doit au contraire exprimer l’exigence d’une amélioration de la vie quotidienne par des choix politiques radicalement opposées à cette gestion libérale.

Les trémolos dans la voix et des larmes feintes face à l’abstention de la part de ceux qui portent une responsabilité majeure dans la faillite démocratique sont d’autant plus obscènes. Le pouvoir et les médias qui lui sont affiliés n’auront cessé de maquiller les enjeux des scrutins en cherchant à organiser un simulacre de confrontation avec l’extrême droite par la mise en scène des thèmes qui lui sont chers. Ils portent une responsabilité écrasante dans la situation. La sécurité aura ainsi été au cœur des débats alors qu’elle n’est une compétence ni des régions, ni des départements… Responsabilité majeure, ensuite, par l’impéritie du gouvernement qui s’est rendu incapable de faire parvenir dans de nombreuses boîtes aux lettres les programmes et professions de foi. Aussi faut-il rappeler que la distribution de la propagande électorale -c’est-à-dire des conditions d’une information pleine et entière des citoyens sur les choix démocratiques- a été privatisée dans 51 départements… Au chapitre des responsabilités, ajoutons celles du pouvoir précédent qui aura concocté un mode de scrutin des élections départementales particulièrement illisible pour les citoyens, avec quatre candidats pour chaque canton dont on peine à saisir le rôle.

Bref, tout a été méticuleusement entrepris pour pousser les citoyens à rester chez eux. Le pouvoir pourra ainsi tenter de relativiser sa phénoménale déroute qu’aucun autre parti majoritaire au Parlement n’a jusqu’ici subi. Et passer au plus vite à la seule élection qu’il daigne considérer, celle du César omnipotent qui siège pendant cinq ans à l’Élysée.

La mobilisation pour le second tour n’en est que plus importante. Partout, il convient d’empêcher droite et extrême-droite de se saisir d’exécutifs départementaux et régionaux. Des listes de gauche et des candidatures communistes ont fait preuve d’une belle résistance. Elles sont les seules à proposer l’alternative que le système tente par tous les moyens de condamner. Leur donner de la force dimanche, c’est refuser l’abandon démocratique qui chemine à l’ombre de l’emprise capitaliste globale.

Patrick Le Hyaric, (L’HD, le 24 juin 2021)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

L’alerte civique

le 24 June 2021

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64