Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Assurance-chômage. Nouveau passage en force de Macron

Dès le 1er octobre, les nouvelles règles de calcul de l’allocation-chômage seront mis en place. Le gouvernement veut imposer sa réforme.

Bien que le Conseil d’État, saisi par les syndicats de salariés, ne se soit pas encore prononcé sur le projet de réforme de l’assurance-chômage, le gouvernement a décidé d’imposer l’entrée en vigueur de nouvelles règles controversées de calcul du montant de l’allocation.

Le gouvernement joue sur le fait qu’avant de statuer sur le fond, le Conseil d’État avait suspendu la mesure en arguant des « incertitudes sur la situation économique ». Dans son exposé des motifs, Matignon prétexte « le vif rebond de l’emploi depuis mai », il illustre le fait que « fin juin l’emploi salarié privé a d’ores et déjà dépassé son niveau d’avant-crise ». « La forte reprise observée sur le marché du travail, associée à des difficultés de recrutement en particulier dans les secteurs ayant recours aux contrats courts, invitent à ne pas différer davantage la mise en œuvre des nouvelles règles de calcul des indemnités chômage », conclut le gouvernement.

« Il faut s’assurer qu’il n’est jamais plus rentable de ne pas travailler que de travailler » déclare Emmanuel Macron. Il reprend les vieilles rengaines de l’assistanat, jamais étayées par des statistiques.

La CGT et FO prêts de nouveau à attaquer le texte

Le nouveau mode de calcul du salaire journalier de référence, base de l’allocation pénalise les demandeurs d’emploi alternant chômage et activité. L’Unedic en donne la preuve. Selon une évaluation réalisée au printemps, jusqu’à 1,15 million de personnes pourraient toucher une allocation plus faible du fait des nouvelles règles de calcul (- 17 % en moyenne), avec dans le même temps une « durée théorique d’indemnisation » allongée de 14 mois en moyenne contre 11 avant la réforme.

Comme si cette attaque frontale contre les droits des chômeurs ne suffisait pas, au 1er décembre devrait entrer en vigueur le durcissement des règles sur la dégressivité des allocations et sur la durée d’affiliation nécessaire pour ouvrir ou recharger un droit. Il faudra alors avoir cotisé non plus quatre mois mais six mois pour avoir accès à l’assurance chômage. Cela entraînera à la fois une baisse d’« au moins 130.000 » demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A « au cours des six derniers mois » et de 2,7 millions de déclarations préalables à l’embauche de plus d’un mois sur quatre mois consécutifs. Le tout calculé à partir du mois d’avril. En fonction des mêmes critères, la durée d’indemnisation avant application de la dégressivité aux demandeurs d’emploi dont l’allocation est supérieure à environ 4.500 euros de salaire brut mensuel sera ramenée de 8 à 6 mois.

Ce gouvernement pour les riches continue la guerre aux pauvres quoiqu'il en coûte.

Une des raisons de plus pour que les communistes participent à la mobilisation du 5 octobre afin de défendre les salaires et l’emploi mais aussi pour l’abandon des réformes de l’assurance-chômage et des retraites.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Assurance-chômage. Nouveau passage en force de Macron

le 19 September 2021

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64