Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Les retraités en colère montent à Paris pour dire stop

Combien seront-ils à défiler dans les rues de Paris, jeudi 2 décembre ? 40.000 espèrent les 8 organisations qui appellent à la mobilisation ?

En Languedoc-Roussillon, un TGV qui partira de Perpignan a été réservé pour les retraités en colère. Les retraités en ont mare d’être pris pour des « vaches à lait ». Ils seront plusieurs centaines à faire le voyage. Face à « ce gouvernement de pieds nickelés », ils espèrent frapper un grand coup. « Nos pensions sont bloquées depuis longtemps et tous les prix augmentent. Cet été j’ai renoncé à acheter des fruits », raconte une retraitée qui n’a pas digéré la suppression de la demi-part des veuves sous Sarkozy. À 86 ans, elle confie devoir aider régulièrement deux de ses huit petits-enfants à boucler leurs fins de mois. « Pensions et salaires sont trop bas, c’est le même combat. Quand on travaille, on devrait pouvoir vivre normalement et avoir des loisirs. »

Les retraités sont écœurés par le système capitaliste et les politiques qui l’entretiennent. « En disant que les retraités sont bien lotis, le gouvernement me rappelle mon ancien patron qui m’expliquait qu’il préférait augmenter les bas salaires des jeunes. On passe notre vie à attendre », s’agace un retraité. Alors, quand il entend le chef de l’État prétendre que la France serait le seul pays d’Europe où le pouvoir d’achat a augmenté, il s’étrangle. « J’ai pris ma retraite en 2014, ma pension n’a pas bougé d’un iota », observe celui qui voudrait fixer la rémunération minimum à 10 euros de l’heure. Au moment où des médias font la courte échelle à Zemmour, il se souvient de la parole des anciens. « Le fascisme, tu le verras arriver avec la social-démocratie : des gens de gauche qui mènent des politiques de droite », raconte-t-il, exaspéré. « On se croirait à l’époque où on a foutu la royauté en l’air. Il faut vivre dans le partage et l’égalité. 10 % des élites veulent rester dans le luxe en polluant la planète. »

Au-delà de la hausse de la CSG et de la stagnation des pensions, les retraités sont les premiers à craindre les réformes de la Sécu et des retraites. Certaines pensions sont très faibles surtout celles des femmes et toutes méritent d'être revaloriser. Rappelons que les retraités font vivre l’économie et les associations. Souvent aussi ils aident leurs enfants et petits enfants.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64