Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Le billet de Jean-Michel Galano. Quelques réflexions sur le nouvel ordre moral en marche

Un nouveau mot vient d’apparaître dans le débat public : le « workisme ». Lui et la chose qu’il recouvre ont de quoi inquiéter.

Le wokisme désigne de façon nouvelle un phénomène qui, lui, n’est que partiellement neuf, phénomène de radicalisation de militants « féministes », « antiracistes », « LGBT » et d’autres minorités, marqué par :

  1. Une reconfiguration identitaire, hypermorale, victimaire et essentialisante de ces luttes. Il ne s’agit plus d’appeler à la solidarité, de montrer que « nous sommes tous concernés », mais au contraire de poser comme allant de soi que « personne ne peut se mettre à notre place ».
  2. Une violence purificatrice, verbale et physique, focalisée sur le projet « d’annuler » et de supprimer toute trace des différentes « oppressions » et des prétendus « oppresseurs » dans la langue, l’histoire, les institutions, l’espace public et au sein des groupes militants eux-mêmes. Dans les débats, le contradicteur éventuel est souvent sommé de se taire, d’« avoir honte », le monde étant sommairement divisé en « amis » et en « ennemis ».
  3. Un positionnement individuel d’auto-exhibition pseudo-performative de vertu et de pureté poursuivant une illusoire recherche de perfection personnelle et collective.
  4. Une auto-radicalisation cumulative, liée à un narcissisme volontiers à la recherche du happening et de la gratification médiatique.

Présent à gauche et à l’extrême gauche, mais pas seulement, ce phénomène reprend pourtant en miroir des techniques militantes de la droite radicale (logique d’essentialisation et de catégorisation, délation aux autorités, appels à la répression, valorisation des conflits intergroupes, censures de discours et d’œuvres d’art, recours à la violence physique, chasses à l’homme, autojustice…). On a connu cela en France pendant les années trente. Cet ensemble de pratiques se diffuse jusqu’à des secteurs du macronisme et de la droite dite modérée. Il profite à la droite et à l’extrême droite parce qu’il entraîne :

  1. l’effacement du social au profit du sociétal et le remplacement de l’économique par l’identitaire ;
  2. la récupération par les conservateurs de l’injonction à la vertu et à la pureté contre la gauche qui la profère en pointant telle ou telle contradiction discours-actes ou en obtenant telle ou telle annulation touchant des contenus ou des personnalités du camp progressiste ;
  3. la division mortifère du camp de l’émancipation ;
  4. une auto-radicalisation qui conduit les militants concernés à se déconnecter des besoins, discours et aspirations des couches populaires et moyennes qu’ils prétendent défendre et représenter, et à vivre dans l’entre-soi.

Ce n’est pas la moindre de nos responsabilités que de défendre la liberté d’expression, la création culturelle et le vivre-ensemble contre les tentatives, d’où qu’elles viennent, visant à instituer une nouvelle police des esprits.

Jean-Michel Galano

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64