Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Hausse du prix du carburant. Un poids supplémentaire pour les ménages

Face à l’explosion des prix de l’essence qui risque de durer, le gouvernement et les candidats de droites abandonnent les français en rejetant une baisse de la TVA. Fabien Roussel développe ses propositions.

Depuis le début de l’année le prix du carburant est reparti à la hausse et atteint aujourd’hui la barre symbolique de 1,60 euro le litre en moyenne. Il y a tout juste un an il affichait 1,33 euro, soit une hausse de 20 % et de 27 centimes par litre.

Pour rappel, le diesel était à 1,53 euro le litre à la mi-octobre 2018 lors du déclenchement du mouvement des Gilets jaunes. Désormais, poussés par un prix du pétrole en hausse, les prix augmentent sans arrêt. Le gouvernement par la voix de Bruno Le Maire a beau dire qu'il suit « les prix des carburants, voir si des mesures complémentaires sont nécessaires » mais les aides apporter comme les 100 €, même si ce n'est pas à négliger, ne sont que cataplasmes sur une jambe de bois car ils ne permettent pas une solution pérenne à la facture des ménages.

Bruno Le Maire a rejeté d'emblée l’opportunité de faire baisser à 5,5 % le taux de TVA sur l’essence, contre 20 % actuellement en soulignant que ce serait des pertes fiscales pour l'État. Il est moins prompt lorsqu'il s'agit de s'attaquer à la fraude fiscales des propriétaires des entreprises du CAC 40.

La candidate LR, Valérie Pécresse est sur le même registre. Elle propose, si elle est élue, une possible défiscalisation des frais d'essence. Les ménages déjà sous le seuil du revenu imposable, apprécieront ; ils prennent souvent leur véhicule pour aller travailler ou chercher du travail ; ils se chauffent aussi. Quel dédain de la part de la présidente de la Région Île-de-France.

Le candidat des écolos, Yannick Jadot, non plus ne vise pas de baisse des taxes mais souhaite étendre et revaloriser le « chèque énergie ». Même s'il propose 400 euros pour « les foyers les plus modestes », la solution n'est toujours pas pérenne.

La candidate Anne Hidalgo propose une baisse de « la TVA sur la facture de gaz naturel et d’électricité » ainsi que « pour les carburants en cas de flambée du prix à la pompe » mais sans plus d'explications.

Du côté des Insoumis, on réclame le blocage « provisoire » des prix. « Il s’agit désormais de bloquer, pour l’essentiel, les prix des carburants et des matières premières nécessaires à la survie des familles » déclare Jean-Luc Mélenchon.

Fabien Roussel veut imposer une autre politique

La première décision serait de mettre la TVA à 5,5 % sur le carburant. « La différence sera financée par les dividendes des compagnies », estime le candidat communiste Fabien Roussel. « Quand les prix de l’essence grimpent, c’est les frigos des Français qui se vident », a-t-il insisté lors d'une rencontre avec les automobilistes au péage de St-Arnoult dans les Yvelines.

Alors que les taxes représentent 60 % du prix du litre de carburant, Fabien Roussel propose « de faire une taxe flottante sur l'essence comme ça a pu être fait à l'époque par le gouvernement Jospin », ce qui permettrait « de faire baisser les taxes quand le prix du baril monte pour que ça ne pèse pas sur le pouvoir d'achat de nos concitoyens », a déclaré Fabien Roussel.

Le candidat communiste a également souhaité un « contrôle des distributeurs pour qu'ils répercutent bien la baisse de cette taxe sur le prix de l'essence », il a appelé l'État à « participer au financement des transports collectifs dans les agglomérations pour qu'ils soient gratuits ».

Pour le gaz et l'électricité, le candidat communiste a réitéré sa proposition d'une « baisse de 30 % des taxes sur les factures » et a accusé le gouvernement d'être « gonflé » quand il propose un « bouclier tarifaire » face à la hausse du prix du gaz : « il bloque les prix après les incroyables hausses et va les maintenir élevés quand ils vont baisser, pour se rembourser du manque à gagner ».

À chaque fois, Fabien Roussel fait la différence avec les autres candidats en proposant des solutions avec les moyens pour y parvenir afin de préserver le revenu des ménages.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64