Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Le billet d’Yvon Huet. Primaire n’est pas primeur

Donner son avis sur une consultation à laquelle on n'a pas été convié, je ne vois pas l'intérêt, mais donner son point de vue sur la façon dont on peut dépasser l'existant est important.

La gauche non communiste vit une période pathétique, de Mélenchon au dit "social libéralisme" Hollande tombé en Macronie, en passant par la touche verte elle-même subdivisée. De quoi rater son examen de passage pour comprendre ce qui se passe dans un monde qui a été plutôt secoué par l'arrivée d'un côté de la mouvance de Macron et, de l'autre, de la mouvance de Mélenchon, qui ont substitué le réseau aux partis traditionnels. Qu'on soit pour ou contre, c'est un fait, les repères d'hier ont sauté et ceux de demain sont en gestation sur fond de crise sociale lourde et de menace de retour de la droite ou coup de force de l'extrême droite.

Côté communistes, la clarification se fait, parfois dans la douleur, mais elle a le mérite de situer le rôle que le PCF veut jouer dans l'avenir avec l'enjeu présidentiel. Il n'est pas interdit d'espérer un vrai rebond de l'influence de ce parti en France, qui risque de secouer les petits arrangements de l'alternance version 5e République dans laquelle on ne veut que des communistes morts ou asservis.

La descente « aux enfers » de l'organisation PS ne doit pas faire croire que la sociale démocratie serait morte. Bien au contraire. Elle se diversifie au point qu'actuellement elle hésite, ce que les primaires organisée certainement pour la sauver révèle, avec une personnalité nettement plus populaire qu'un Hollande ou une Hidalgo, en la personne de Taubira. Cette force politique est certes en crise, mais elle représente des millions de gens, élus ou électeurs, plutôt désespérés aujourd'hui, qui découvrent la douleur d'être obligé de se planquer derrière un moindre mal qui n'est pas bon du tout et dont ils veulent sortir sans savoir vraiment comment.

Dans cette situation qui risque encore quelque temps de faire chavirer des cœurs, dans cette gauche qui a perdu son Mitterrand, le pire serait de se moquer.

Pourquoi ? Parce que le PCF a aussi traversé de sacrées crises et s'il s'en remet en ce moment, il ne faut pas oublier que s'il retrouve une certaine confiance des classes populaires il ne pourra pas gouverner seul le pays et devra pousser le plus loin possible ses objectifs sans faire croire qu'il serait seul à faire tout seul le bien de toutes et tous. Il faut donc aller au bout avec les Jours Heureux et ce que Fabien représente d'espoir pour faire respirer la gauche et en même temps ne pas dénigrer systématiquement dans un ronflement de moteur de tracteur ce qui se passe dans l'autre gauche.

Voilà mes amies et amis, si cette réflexion peut servir, je vous l'offre sans hésitation.

Yvon Huet

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64