Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Fabien Roussel. « J’en ai assez des donneurs de leçons qui veulent la mort des bons vivants » (La Dépêche du Midi)

Dans un entretien à La Dépêche du Midi, le candidat communiste évoque son projet de réindustrialisation des zones rurales et semi-urbaines, ses solutions pour alléger la facture énergétique des Français et dit son agacement à l'égard de « ceux qui veulent la mort de bons vivants ».

La Dépêche. Depuis la crise du Covid, de nombreux urbains ont fui la ville pour s’installer à la campagne. Vous voulez accélérer ce processus de « démétropolisation », pourquoi et comment ?

Fabien Roussel. L’essentiel des richesses et des emplois se concentre dans les grandes métropoles avec à la clé des problèmes de logement, de transport et de pollution. Territoires urbains et ruraux auraient donc tout à gagner si l’activité était rééquilibrée. Tout le monde parle de la réindustrialisation de la France, mais je propose, moi, que l’on crée les conditions d’une réindustrialisation au service des zones rurales et semi-urbaines. Il va sans dire que les industries déjà implantées doivent être protégées, et je pense ici à la SAM de Decazeville.

Pour réussir, cette ambition économique doit s’accompagner d’un projet de développement des services publics qui commencera par un moratoire sur les fermetures puis une réouverture des Trésoreries municipales, des petites lignes ferroviaires, des bureaux de poste, des maternités, des hôpitaux de proximité. L’attractivité des territoires ruraux passe par là.

Il faut enfin rendre le logement en zones rurales et semi-urbaines beaucoup plus attractif, et c’est pourquoi je propose que l’Etat, dans le cadre de sa politique de logements sociaux et de l’autonomie des personnes âgées, double l’aide à la pierre en direction des bailleurs dans les villes de moins de 3.500 habitants.

« Si nous étions aux affaires, l’électricité serait moins chère, c’est pour cela que je propose de renationaliser EDF dont les tarifs doivent être contrôlés par l’État »

La Dépêche. Comment prévoyez-vous de financer cette coûteuse revitalisation des territoires ruraux ?

Fabien Roussel. C’est un projet politique qui passera d’abord par un redéploiement et une augmentation du budget de l’État. Je rappelle que la France bénéficie de 250 milliards de crédits européens, que les grandes fortunes du pays sont à la tête d’un patrimoine de 1.028 milliards d’euros qu’il faut à nouveau soumettre à l’ISF. Je souhaite enfin que les grandes multinationales, les GAFA, paient plus d’impôts et que les petites entreprises en payent moins. Avec ces mesures de justice fiscale, je pourrai augmenter le budget de l’État de 100 milliards d’euros dès 2023.

La Dépêche. Quelles sont vos propositions face à la flambée du prix du carburant qui pénalise surtout les populations rurales ?

Fabien Roussel. La facture énergétique devient insupportable, c’est pourquoi nous demandons la baisse des taxes sur le gaz et l’électricité. Si nous étions aux affaires, l’électricité serait moins chère, c’est pour cela que je propose de renationaliser EDF dont les tarifs doivent être contrôlés par l’État, et qui doit bénéficier d’ambitieux investissements pour le développement du nucléaire, source de l’électricité la moins chère. S’agissant du carburant, nous voulons lutter contre la pollution, mais sans pénaliser les classes populaires qui habitent dans la ruralité. C’est pourquoi je propose aux automobilistes une prime à la conversion de 10.000 € pour remplacer un véhicule polluant par un véhicule propre. Quant à la facture de l’essence, nous sommes favorables au retour d’une taxe flottante pour garantir un prix fixe quel que soit le cours du baril, comme cela a été expérimenté sous le gouvernement Jospin. Total va verser 15 milliards d’euros de dividendes en 2022, qu’on ne me dise pas qu’il n’y a pas de ressources pour permettre à l’Etat de financer la baisse du prix du carburant.

La Dépêche. Comment prévoyez-vous de gérer la montée en puissance de l’énergie nucléaire dont personne ne veut près de chez soi ?

Fabien Roussel. Il n’est bien sûr pas question de créer de nouvelles centrales dans nos campagnes mais d’installer de nouveaux réacteurs là où il en existe déjà.

La Dépêche. Vous président, comment gérez-vous le dossier de la LGV Toulouse-Paris ?

Fabien Roussel. J’accélère ! Je rappelle qu’à ma demande, j’ai présidé à l’Assemblée une commission de travail sur les lignes à grande vitesse Paris-Orléans-Limoges-Toulouse, parce que c’est aussi ce qui permet de réaménager le territoire.

« En Occitanie, Carole Delga a apporté la preuve qu’une politique de gauche, dans une région, peut répondre aux besoins des habitants. C’est le même espoir que je souhaite soulever pour la France »

La Dépêche. La tauromachie ou le gavage des canards sont des marqueurs culturels du sud-ouest qui font aujourd’hui polémique : faut-il les interdire ?

Fabien Roussel. Je suis pour le respect des traditions qui font partie de notre histoire et du brassage culturel avec nos voisins. Je vois aussi que les jeunes s’en détournent, j’entends les critiques, et je suis donc pour que la vie et le temps fassent leur œuvre, en douceur.

La Dépêche. Le journal Le Monde a théorisé « la mangeosphère » dans laquelle le vin et la viande rouges deviendraient des attributs d’extrême-droite…

Fabien Roussel. Je suis la preuve vivante que c’est faux ! J’en ai assez de ceux qui donnent des leçons et veulent la mort des bons vivants. 10 millions de personnes vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté, qui ont le droit de manger de bons fruits, de bons légumes produits en France, une bonne viande de nos élevages de plein air, de bons fromages. Si mon objectif est de donner un bon salaire à chacun et d’éradiquer la pauvreté, c’est aussi pour garantir à tous l'accès à ces plaisirs de la vie, au bon et au beau, aux restos comme aux expos.

Nous sommes dans un territoire où la socialiste Carole Delga a été la présidente de région la mieux élue de France, or si l’on en croit les sondages nationaux, à peine 25 % des électeurs voteront pour un candidat de gauche à la présidentielle. Comment expliquez-vous ce paradoxe ?

Carole Delga a récolté le fruit de son travail, auquel les communistes ont largement contribué. Mais c’est aussi la preuve qu’une politique de gauche, dans une région, peut répondre aux besoins des habitants. C’est le même espoir que je souhaite soulever pour la France, et pour cela, il faut donner envie à tous ces électeurs qui n’y croient plus de voter de nouveau, pour des candidats vraiment de gauche, qui vont défendre leur salaire, leur pension, leurs services publics, leur bifteck et qui, comme moi, n’ont pas peur de mettre les pieds dans le plat.

Propos recueillis par Lionel Laparade (La Dépêche du Midi, le 7 février 2022)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Fabien Roussel. « J’en ai assez des donneurs de leçons qui veulent la mort des bons vivants » (La Dépêche du Midi)

le 07 février 2022

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64