Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Le logement en crise, des solutions existent

Les politiques libérales de ces dernières décennies aggravées par celle d'Emmanuel Macron, le président des riches, ont coupé les vivres au logement social. Elles ont développé le privé beaucoup plus lucratif pour la finance.

La baisse des aides aux logements et le racket exercé sur les organismes HLM ont fortement participé à l’aggravation de la situation de millions de ménages des classes populaires. De plus en plus de ménages peinent à se loger dans le parc public et se rabattent sur le privé, louant à des prix indécents. Les plus modestes consacrent 40 % de leurs revenus à se loger.

Le 27ème rapport de la fondation Abbé-Pierre constate que « la crise du logement continue de fracturer en profondeur notre société ». En France, « 14,6 millions de personnes sont fragilisées par la crise du logement » et 4 millions « sont non ou mal logées ». La Fondation souligne que le quinquennat d'Emmanuel Macron est marqué par « un contexte de choix budgétaires et fiscaux profondément inégalitaires entérinés dès 2017 ».

Fabien Roussel, candidat du PCF à l'élection présidentielle avance un projet opposé. Il veut sortir le logement des griffes de la finance. Il s'en réfère à notre Constitution où le droit au logement est un droit universel.

Un autre choix de société

Le candidat communiste interdira la vente de logements sociaux (proposition n°97). Les saisies et expulsions, ainsi que les coupures d’eau et d’énergies seront prohibés pour les personnes en difficulté. Les aides au logement seront revalorisées et leurs critères élargis. Il ouvrira des logements d’urgence en nombre suffisant afin de pouvoir héberger les personnes sans domicile fixe (proposition n°98).

Un plan national de construction de 200.000 logements sociaux par an sera décidé. Dix milliards seront consacrés, chaque année, à la rénovation de 700.000 logements. Le but est que toutes et tous puissent accéder à des logements de qualité avec des loyers encadrés ne dépassant pas 20 % des revenus du foyer (proposition n°99).

Un service public national et décentralisé du logement, de l’habitat et de la ville sera créé. Le logement social sera financé en lien avec la Caisse des dépôts et consignations. Il aura pour objectifs de casser le monopole des majors du BTP afin de faire baisser les loyers et les charges, de lutter contre la spéculation du sol. De nouveaux pouvoirs d’intervention, de décision et de contrôle seront, dans ce cadre, attribués aux élu.e.s locaux, aux représentant.e.s des salarié.e.s, des associations et des usager.e.s (proposition n°100).

Enfin pour les étudiants, un droit au logement sera rendu effectif, avec la construction de logements Crous (proposition n°43).

Fabien Roussel a choisi de vivre dans un monde ou chacun.e pourra se loger selon ses moyens, dans une France heureuse, solidaire et digne : la France des Jours heureux.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Le logement en crise, des solutions existent

le 13 février 2022

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64