Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Le billet d’Yvon Huet. Point d’orgue

La tournure de la campagne présidentielle devient malsaine. Pourquoi ? Parce que ceux qui, jusqu'ici, n'ont vécu que par son existence tous les 5 ans s'aperçoivent qu'ils ne sont pas les vedettes de ceux qui, sur le terrain de la vie, essaient d'améliorer l'ordinaire des concitoyens qui les ont élus, jusqu'aux petits villages. Les partis structurés ont échappé à la punition. Les autres paniquent.

Alors tout le monde crie à la dictature des petits élus de la ruralité qui ne veulent pas « se mouiller » dans la cage aux lions qui se dévorent pour s'installer à l'Elysée. Une exception, Emmanuel Macron, qui bénéficie du soutien de tous ceux qui, à gauche et à droite, ont déserté le PS et les LR et ils sont nombreux.

Cerise sur le gâteau de l'hystérie ambiante, la panique de ceux qui comme Edwy Pleynel -grand prêtre de la chasse aux « méchants » sans apporter les preuves, équivalent de la presse dit people (genre Voici ou Gala) qui fait et défait les citoyens selon ses calculs- s'imaginent que ne pourrait se présenter dans la gauche alternative que Fabien Roussel !

Le bateau de la 5e République est peut-être en train de couler. Nous ne le savons pas encore précisément. Ses institutions obligent à des contradictions qui accélèrent la perte des repères au point que des gens de gauche utilisent contre les communistes les arguments de l'extrême droite, comme au « bon vieux temps » de la guerre froide des années 1950, mais aussi comme dans les années 1970 où on reprochait à la fois aux communistes de « ne pas avoir fait la révolution » tout en leur reprochant de vouloir la faire, avec le même genre de mépris que celui que nous subissons en ce moment.

Nous ne devons pas nous mépriser. Si on suit le modèle italien, où le PCI n'existe plus, la droite, l'extrême droite et une partie de la gauche gouverneront ensemble le pays. La persistance d'un Parti communiste influent et combatif en France, jusqu'au plus petit village, ne le permet pas. Elle le permettra encore moins si la dynamique de la campagne de Fabien Roussel rebondit jusqu'au bout malgré les coups bas. Plus encore, tous les espoirs seront permis pour que l'idée qu'on puisse vivre heureux et ensemble dans notre beau pays plus que le rêve d'Icare.

Yvon Huet

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64