Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Le billet d'Yvon Huet. L’armée rouge, c’était la libération des camps nazis ; l’armée de Poutine, c’est le martyre des innocents

À bas les fauteurs de guerre, d’où qu’ils viennent

Certains de mes amis ont été choqués par la proposition de Fabien Roussel de traduire Poutine devant le tribunal pénal international. C’est une question sensible pour ceux qui, inlassablement, se battent contre tous les effets sanglants de l’impérialisme américain et occidental. Elle pose la question de ce qu’est aujourd’hui cette Russie issue de l’implosion de l’URSS le 25 décembre 1991.

Ce pays s’est intégré au capitalisme international en se vautrant dans les règles du marché et de la stratégie ultra-libérale qui ravage le monde. Poutine est l’exemple même de ceux qui ont profité de la situation pour récupérer l’histoire russe par les deux bouts, celui de l’empire tsariste d’un côté, avec sa « mission » religieuse version orthodoxe et raciste, et celui de Staline de l’autre, dans ce qu’il a produit de totalement improductif, créant à terme, les bases d’un énorme échec de l’expérience soviétique. Ce mélange détonnant a créé une illusion pour un peuple russe qui a souffert tant de la Perestroïka de Gorbatchev que de la vente aux enchères des richesses de la Russe par Eltsine.

Et cette illusion s’est accompagnée d’un énorme fossé créé entre les nouveaux riches et les peuples de la fédération de Russie. D’un côté, le spectacle des nouveaux riches qui se sont gavés en envahissant les paradis artificiels des côtes, dont la Costa Brava en Europe, la côte de l’état de Goa en Inde, et j’en passe, montrant aux populations locales le visage de mafias particulièrement repoussantes. De l’autre, la triste réalité vécue par ceux qui ont le malheur de ne pas être orthodoxes, avec cette guerre sanglante de Tchétchénie qui a montré une armée russe débordant d’une violence qui n’a rien de révolutionnaire.

La triste réalité, c’est celle vécue par celles et ceux qui croyaient que la fin de l’URSS serait équivalente à la liberté de respirer, de penser par soi-même, de briser les chaînes de tant d’années de guerre froide avec le reste du monde. La triste réalité, c’est celle de l’excitation d’un nationalisme qui permet de tout excuser au nom du retour à la grande puissance russe d’autrefois. Mais ne nous trompons pas. Il ne s'agit pas du retour à l’URSS mais du retour à l’autoritarisme impériale et clérical de ce qui pourrait apparaître comme une noblesse d’empire cynique et clanique qui, ne l’oublions pas, finance et encourage les extrêmes droites dans de nombreux pays dont la France.

La Russie, comme toutes les sociétés du monde, a droit à la paix et à des jours heureux. Elle ne l’obtiendra pas en diffusant la terreur autour d’elle et en essayant de reconquérir la puissance d’avant-hier. Elle ne l’obtiendra qu’en s’ouvrant au monde et en permettant de libérer les forces créatrices qui ont trop longtemps été étouffées sous une chape de plomb.

C’est le message que Fabien Roussel a lancé à sa manière et j’y souscris, sachant qu’il ne s’agit pas de cautionner une opération anti-russe, bien au contraire. C’est en effet en Russie que les choses essentielles pour revenir à la paix doivent se passer. Ce que fait l’OTAN, c’est mettre de l’huile sur le feu et profiter de la situation pour encourager la guerre et favoriser les marchands de canons. Ce que font les pacifistes russes, et de nombreux communistes de ce paysan, ne l’oublions pas, c’est s’opposer au diktat de Poutine en prenant le risque de se retrouver sous les verrous, dans un même étouffement que l’opposition démocratique enfermée et martyrisée par Erdogan en Turquie.

Je sais que cette réalité fait mal. Elle me fait mal autant qu’à ceux qui ne peuvent pas imaginer que l’armée rouge aurait vraiment disparu… Elle nous oblige à regarder la réalité en face. Si nous voulons faire gagner la paix, il ne faut pas nous voiler la face. La meilleure façon d’aider la Russie actuelle, c’est de condamner Poutine comme nous condamnons Biden et les dirigeants israéliens qui martyrisent le peuple palestinien.

Voilà mes amis, un bout de réflexion que je vous livre sans pour autant faire croire que j’aurais, sur un sujet aussi vaste, une science infuse et prétentieuse.

Yvon Huet

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Le billet d'Yvon Huet. L’armée rouge, c’était la libération des camps nazis ; l’armée de Poutine, c’est le martyre des innocents

le 11 mars 2022

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64