Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Le billet d’Yvon Huet. Vers une gauche populaire ? On y va, avec Fabien Roussel

Le fiasco de la candidature de Christiane Taubira m'inspire cette réflexion. Ceux qui avaient insisté pour qu'elle se présente et, à 400.000, ce qui n'est pas rien, rêvaient d'une candidature dépassant le cadre actuel de la crise à gauche l'avaient, pour beaucoup, fait de bonne foi et je les comprends. Ils ne se retrouvaient dans aucune démarche à gauche et espéraient qu'un miracle ait lieu pour dépasser l'existant, avec toutefois une omission, le candidat Fabien Roussel, ce qui prouve que l'anticommunisme à gauche n'est pas une vue de l'esprit et que l'idée même que le PCF revienne dans le débat politique du niveau de l'élection présidentielle ne leur est même pas venu à l'esprit.

En fait, ceux qui ont voulu Taubira sont orphelins d'une époque où la gauche gérait sans encombre les affaires du pays et où la présence des communistes était tolérée à condition qu'ils ne fassent pas de vague, ou le moins possible. On a vu le résultat…

Je persiste et signe en exprimant à la fois mon respect pour une personne qui a eu le courage d'essayer de faire avancer l'esprit de justice, contrairement à tant d'autres qui ont préféré le caporal Valls, droit dans ses bottes de droite, et en même temps la tristesse de l'avoir vu se faire écraser, voire injurier par tous les parvenus de l'actuelle social-démocratie version populiste.

Aujourd'hui, les communistes ont décidé, avec Fabien Roussel, de construire les bases solides d'une gauche qui puisse vivre en osmose avec les classes populaires souffrant le plus de la situation actuelle. C'est un choix qui ne remet pas en cause la diversité à gauche. Au contraire, elle l'enrichit de l'essentiel et ce n'est pas un hasard si Bernard Lavillier l'a ressenti, lui qui sait si bien chanter la force de l'expression populaire.

Certains veulent y voir, comme Coquerel et quelques autres, particulièrement de la FI, un glissement vers l'extrême droite du PCF. Qualifier d'extrême droite toute tentative de sortir d'une gauche confortable attachée à quelques petits privilèges culturels et sociaux, loin des dures réalités de la survie des classes populaires, c'est une façon de botter en touche, de cliver la gauche pour mieux écraser tout espoir de débattre ensemble, pousser les militants à se haïr. Ça en dit long sur l'état d'esprit politicien de l'entourage de JLM.

Je me dis que tous ceux qui espéraient Taubira ont plus intérêt à renforcer la démarche de Fabien Roussel, sans pour autant se renier, que de se faire aspirer par le moins disant d'un fils spirituel de François Mitterrand qui utilise les mêmes méthodes, mais dans un contexte évidemment très différent. C'est ce que certains ont compris, d'autres pas. Chacun chemine comme il le sent. Pas question de faire pression, mais plutôt d'argumenter, ce que je fais sans me censurer et par une analyse qui n'engage que moi.

La gauche rebondira grâce à sa clarté et à son ancrage populaire. À ce niveau, l'élection présidentielle est un moment de sa mise en mouvement ou non. Même si l'image de l'homme qui l'incarne est importante, il ne faut pas qu'il soit considéré comme un surdoué qui pourrait faire basculer à lui tout seul l'histoire à la façon d'un orage version Africa Queen sortant la gauche d'un marécage.

Il s'agit d'une orientation décidée par une collectivité, dans ce cas le PCF, qui a donné mandat pour une démarche précise et non un tremplin pour une ambition personnelle qui finirait inexorablement par un reniement obligé, ce dont nous avons eu l'habitude depuis 40 ans et qui a creusé un écart abyssal entre la gauche, dont le PCF, et les classes populaires, ne l'oublions pas.

Demain sera bon pour la gauche si elle sait se remettre en cause. C'est ce qu'ont fait les communistes à leur niveau. Ça commence à se faire comprendre et c'est bien.

Yvon Huet

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Le billet d’Yvon Huet. Vers une gauche populaire ? On y va, avec Fabien Roussel

le 13 mars 2022

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64