Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Le billet d’Yvon Huet. La musique russe doit être plus forte que la guerre de Poutine !

Je suis un fan de musique, pas la « grande » contre la « petite » mais la bonne contre la mauvaise. Dans cette musique, il y a la russe, celle que j'ai entendue enfant quand ma mère invitait les retraités exilés d'une maison de Sainte-Geneviève-des-Bois tenue par une princesse russe, Vera Mestchersky, qui avait accueilli autant des russes « blancs » que « rouges », contrairement à ce qu'affirme Wikipédia. Ils m'impressionnaient.

J'avais dix ans. Ils me paraissaient immenses. Quand ils enlevaient leurs pataugas et leurs manteaux qui me paraissaient plus grands que la couverture de mon lit avant de rentrer dans le salon où le piano de ma mère les attendait, j'avais une petite peur panique qui me donnait envie de faire pipi. De quelle partie de cette Russie étaient-ils ? Il y avait certainement des Ukrainiens, que sais-je ? Toujours est-il que c'étaient les rescapés des effets collatéraux d'une époque où les Russes se sont payés à la fois l'agression et l'étouffement du blocus des puissances de l'Ouest et une guerre civile d'une violence extrême.

Compter les morts russes depuis le début d'un 20e siècle, tout juste bons à servir de variable d'ajustement à nos légendes hollywoodiennes, c'est un sujet qui fâche, je sais, mais il mérite de prendre de la hauteur plutôt que le parti de la négation de l'histoire... En la matière, la sérénité vaut mieux que le bruit des canons, d'où qu'ils viennent au nom d'une dignité qui ne sert que de vernis à l'horreur de la guerre.

Mais revenons à nos Russes. Quand ils se mettaient à chanter, accompagnés par maman, les vitres des fenêtres tremblaient et la maison devenait une boîte à musique vibrant au son de voix dont la gravité semblait sortie des entrailles d'un dragon soufflant le feu de la passion. J'ai gardé cela en mémoire de ce monde qui me fascinait, m'attirait et me faisait peur à la fois… et qui faisait dire à mon grand père MoÏse, enfant de l'Ukraine russe, « que le peuple russe était merveilleux, sauf quand il ne l'était pas » (propos rapportés par ma mère, à sa façon). Allez savoir…

En écoutant hier l'hymne ukrainien passé en boucle sur France Musique, j'ai ressenti ce souffle autant qu'on le ressent en écoutant les cœurs de l'armée rouge… Ce qui se passe en ce moment me révolte. Au nom de batailles de chiffonniers sur le partage du gâteau des ressources du monde, les aventuriers de la guerre utilisent cette énergie pour tuer et transformer notre planète en spectacle de désolation pourvu que les affaires marchent.

La musique doit l'emporter sur le bruit des canons. Poutine est en train de détruire encore un peu plus l'image d'un peuple déjà trop enfoncé dans le repli. Les forces de paix doivent continuer à se mobiliser dans toute l'Europe, particulièrement la Russie, pour exiger l'arrêt de cette immense connerie, la guerre.

Je suis peut-être égoïste me direz vous. Mais je veux pouvoir continuer à écouter Moussorgski, Prokofiev, Rachmaninov, Scriabine, Glazunov, Tchaïkovski, Balakirev, Kabalevski et tant d'autres. Ils sont notre patrimoine européen et mondial. Ils doivent frapper plus fort que les canons du cinglé du Kremlin. Ils doivent permettre à la Russie de revenir à la table de l'humain, sachant que bien d'autres outre-Atlantique l'ont quitté depuis longtemps… Mais à chaque sujet suffit sa peine. Je n'oublie pas les autres faucons de la terre.

Je persiste et signe.

Yvon Huet

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Le billet d’Yvon Huet. La musique russe doit être plus forte que la guerre de Poutine !

le 20 mars 2022

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64