Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Le billet d’Yvette Lucas. L’union est un combat

Des difficultés se présentent dans les discussions pour une union des gauches en vue des élections législatives. Il semblerait qu’on ne veuille accorder au parti communiste qu’un nombre de sièges proportionnel à son résultat à l’élection présidentielle. Or dès qu’il a décidé de présenter un candidat à l’élection présidentielle, le parti communiste a équilibré ce choix en proposant de mettre aussi toutes nos forces dans une union de la gauche permettant d’avoir à l’Assemblée Nationale sinon la majorité, du moins un nombre non négligeable d’opposants de gauche à Macron, l’empêchant notamment de disposer de la majorité absolue. Avec la position qui a toujours été la nôtre que les votes pour les élections législatives ne soient pas dictés par les résultats obtenus à la présidentielle qui, depuis que cette disposition existe, adoptée sur proposition de Lionel Jospin et alors que Jean-Luc Mélenchon était encore membre du parti socialiste, a toujours donné la majorité absolue au parti du président élu. Or le parti communiste était opposé à cette modification comme il a toujours été opposé à l’élection au suffrage universel du Président de la République.

Si l’on observe ne serait-ce que le nombre de parlementaires de gauche, fût-il trop réduit, à l’Assemblée nationale on comprend bien que localement d’autres critères de choix sont à l’œuvre et déterminent les résultats, y compris la loi électorale qui, même si elle n’est pas très favorable aux minoritaires, permet, par exemple avec une possibilité de triangulaire, ou en fonction des conditions locales qui permettent un regroupement,  de conduire à un succès à gauche dans un certain nombre de cas. Sur la base qu’il avait définie et que j’ai mentionnée plus haut, le parti communiste a œuvré depuis deux ans au moins au regroupement des forces de gauche. Dans notre département des -rencontres régulières et sur le point d’aboutir ont été conduites avec les PS et les Verts. Mais la France insoumise avait refusé de participer à ce débat. Et maintenant sur une base purement arithmétique la France insoumise veut tout imposer aux autres. Vive la démocratie. Pour des gens qui se disent opposés au régime présidentiel, la proposition de se faire élire par anticipation premier ministre, de tout imposer d’en haut et sans la moindre consultation de toutes les bases, et non pas d’une seule (certes, on n’a pas le temps) n’est guère éloignée du présidentialisme. L’annonce complémentaire que Mélenchon serait prêt à reprendre le PS dit au moins qu’alors nous saurions vraiment où nous sommes… Annonce trop précoce pour qu’on puisse la commenter davantage.

Ne cachons pas les responsabilités qu’a eues la direction de notre parti dans l’effacement de notre rôle depuis une quinzaine d’années. Nous en portons lourdement les conséquences aujourd’hui. Cela ne nous empêchera pas de poursuivre, avec tous ceux qui le voudront, bien au-delà des appareils de partis, et pas seulement dans les assemblées même si leur rôle compte, la lutte pour des jours heureux. Depuis ses 100 ans d’existence, le PCF sait que les combats sont longs.

Serge Regourd, conseiller régional dit les choses de façon très juste : « Aucune issue favorable ne sera possible sans l’union la plus large, sans exclusive, et sans hégémonie. Melenchon a fortement bénéficié d’un vote utile au premier tour de la part d’électeurs écolos, communistes et socialistes, qui retrouveront leurs marques aux législatives, dans un contexte d’ancrage territorial qui fait défaut aux insoumis. Une coalition suppose de respecter l’identité de chacun en prenant en compte une diversité de critères au-delà des seuls résultats des présidentielles, tous les observateurs sérieux le savent. À défaut, ce sera un nouvel échec cuisant. »

Yvette Lucas
Membre du secrétariat national de l’Amicale des Vétérans du PCF

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Le billet d’Yvette Lucas. L’union est un combat

le 29 April 2022

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64