Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

L’édito du TC par Michel Marc. Le vent mauvais

La vie continue, a-t-on l’habitude de dire. C’est incontestable. Avec son lot d’événements, d’anecdotes et de transformations. En quelques jours seulement, des faits se sont produits, dans différents domaines et qui en disent long sur l’époque et le capitalisme.

En apparence, ils ont peu de rapports entre eux. Mais…

Téléphonie. Orange a fermé sur l’avenue d’Espagne sa boutique historique, sans sommation. Elle rapportait pourtant, n’était pas déficitaire et servait la clientèle au sud de Perpignan. Fermée. Circulez, y a rien à voir. Des salariés déplacés, un service amoindri et un rendement financier en augmentation pour les actionnaires. L’humain ou l’argent ?

Dépendance. À Espira-de-l’Agly, la majorité des salariés de l’Ehpad Orpéa ont engagé un mouvement. Ils réclament des augmentations de revenus, de meilleures conditions de travail et des embauches en grand nombre. Ils défendent leur dignité et celle des résidents. L’humain ou l’argent ?

Santé. Aux urgences à Perpignan, il manque de personnels. Les conditions générales de l’activité sont telles (effectifs, revenus…) qu’il est devenu impossible d’embaucher et de stabiliser des équipes suffisantes. L’ouverture la nuit sera peut-être remise en cause. L’humain ou l’argent ?

Éducation. Dans plusieurs académies de France, le nombre de candidats aux concours de recrutement de professeurs, premier et second degré, est inférieur au nombre de postes proposé. Pa- nique générale. Le recrutement se fait en à peine demi-heure, lors d’entretiens convoqués par petites annonces. L’humain ou l’argent ?

Énergie. J’ai reçu à mon domicile un courrier étonnant de mon fournisseur historique d’électricité. Il s’agissait de m’informer de mon droit de changer de fournisseur. Bien. Suivait la liste exhaustive de tous les fournisseurs privés, concurrents, qui ne produisent rien ni n’investissent dans l’entretien des infrastructures. Ils se fournissent sur les « marchés », achètent à EDF tenu de leur vendre à perte et à bas prix un pourcentage de sa production, et revendent au client. Opération comptable juteuse !

Drôle de société, quand même. Peut-être est-il temps de renverser la table, et les priorités.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64