Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Législatives. Un plan d’urgence pour la jeunesse

Lutter contre la précarité en construisant l'autonomie de la jeunesse, permettre une bonne qualification pour tous et refonder l'université sont les trois piliers du changement proposé par la Nupes. La Nouvelle union populaire écologique et sociale, avec son programme pour les législatives, ambitionne de répondre aux attentes de la jeunesse.

Lutter contre la précarité

Pour décider librement de son avenir, encore faut-il en avoir les moyens. La Nupes, dans son programme, propose de sortir les jeunes de la précarité en garantissant pour les 18-24 ans, un revenu d'autonomie fixé au seuil de pauvreté de 1.063 euros par mois. Ce revenu permettrait notamment aux étudiants de s’affranchir du salariat en parallèle de leur cursus, première cause d’échec à l’université. L’impôt, avec l’ouverture d’une nouvelle cotisation sociale, assurerait le financement de cette mesure.

Autre source d’angoisse des jeunes, le logement. Selon la fondation Abbé Pierre, les nouvelles générations contribuent grandement aux quatre millions de mal-logés en France. L’accès à un logement digne est un droit. Le programme de la Nupse propose la création de la sécurité sociale du logement incluant une garantie universelle des loyers, un plan d’éradication des logements insalubres, la création de 15.000 logements étudiants par an aux normes écologiques ou encore l’encadrement des loyers.

Permettre l'accès à une bonne qualification

L'Éducation nationale vient d'être malmenée, il n'y a plus assez d'enseignants à tous les niveaux. Ce métier a été largement dévalorisé depuis plusieurs années et un taux d'encadrement des différentes formations doit être substantiellement augmenté tout comme les infrastructures.

Le programme de la Nupes prévoit de créer des centres polytechniques professionnels, associant des formations publiques allant du certificat d’aptitude professionnelle (CAP) au brevet de technicien supérieur (BTS) afin de revaloriser ce cursus. Les centres de formation des apprentis (CFA) ne doivent plus les parents pauvre de la formation professionnelle et doivent être remis sous l’autorité des régions. Ce programme précise de rétablir le baccalauréat professionnel en quatre ans et d'y renforcer les enseignements généraux. Il protège les cursus courts dans l’enseignement supérieur et encourage la poursuite d’études après un bac professionnel ou technologique (BTS, DUT, licences professionnelles…).

Les jeunes doivent avoir le choix sans encombre de leur avenir professionnel, avec des diplômes reconnus sur tout le territoire, en ayant accès et la gratuité des places d’internat aux étudiants et apprentis mineurs sous condition de ressources.

À l'université, avoir accès à la filière de son choix

La priorité est de mettre fin à la sélection à l’université, génératrice de violences sociales, et rétablir la gratuité de l’enseignement supérieur public. Pour ce faire, abroger la plateforme Parcoursup est indispensable afin d'éradiquer cette sélection organisée. Il faut voir, dans ce logiciel, l’expression d’un manque de moyens et le révélateur d’une politique qui ne fait pas confiance à la jeunesse. Étudier est un droit . Le recrutement de 30.000 enseignants, la création et la rénovation d’universités et l’augmentation des budgets dédiés à l’enseignement professionnel et technique apparaît dès lors comme indispensable.

La jeunesse doit refuser la résignation, rejeter l’appellation de « génération sacrifiée ». Cette jeunesse combative, porteuse d’un projet de monde autre, c'est l'avenir de la société. Elle le détient entre ses mains.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64