Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Hommage d’Yvon Huet. Salman, notre ami…

Ils ont réussi ce qu'ils recherchaient, ceux qui, à Téhéran, après avoir trahi une révolution populaire et tué l'espoir d'une grande soif de liberté et de justice, avaient pris Salman Rushdie comme bouc émissaire pour masquer leur immonde barbarie, ces enragés de la secte prenant prétexte d'un croyance pour étouffer un peuple sous le joug d'une volonté de puissance abjecte imposant une oligarchie qui s'arrange bien avec le capitalisme, dans ce qui a de plus violent.

Mais ils n'ont pas réussi à nous faire taire, bien au contraire. La dernière fois que j'ai écouté Salman, c'est à la dernière émission de La Grande Librairie où se trouvait aussi Mohamed Mbougar Sarr, prix Goncourt 2021 pour son livre La Plus Secrète Mémoire des hommes. Salman est issu d'un monde que j'ai bien connu dans les années 1980, cette communauté chiite de Mumbai qui n'a rien à voir avec la secte de l'ayatollah Khomeini. Je n'y ai rencontré que des gens bien sympathiques et particulièrement raffinés qui, croyants ou non, n'ont rien à voir avec cette mascarade morbide qui empoisonne le monde, quelle que soit la religion. Je me souviens d'un documentaire où il avait fait une enquête sur les caractéristiques du sentiment national indien en interrogeant des citoyens de ce pays issus de classes et de communautés différentes. Il m'avait fait découvrir un monde qui, en fait, a beaucoup influencé ma façon de penser, sortie des failles du simplisme occidental qui confond universalisme et colonisation de la pensée.

Contrairement à ce que disent certains, y compris à gauche, il n'y a pas d'ouvrage controversé, fut-ce « les versets sataniques », mais tout simplement une énorme manipulation reprise par tous les régimes qui soumettent l’État à une religion, en comptant la gouvernance indienne qui, en la matière, a cautionné la fatwa qui l'a poursuivi tout sa vie.

Soyons clairs, où que l'on vive dans ce monde chaotique qui nous est imposé aujourd'hui, le combat pour la justice sociale et la liberté de conscience ne doivent pas être séparés.

Ci-dessous, je vous invite à lire ce texte diffusé par Rosa Moussaoui, journaliste de l'Humanité.

« Cher Lecteur,
Puis-je me permettre de rappeler cette vérité élémentaire, à savoir que la liberté d’écrire est étroitement liée à la liberté de lire, et que vos lectures ne doivent pas être choisies, interdites ou censurées par quelque clergé ou Communauté outragée que ce soit. Depuis quand une œuvre d’art doit-elle être définie par ceux qui ne l’aiment pas ? La valeur de l’art est dans l’amour qu’il engendre, pas dans la haine. C’est l’amour qui fait durer les livres. Ne cessez jamais de lire. »

Salman Rushdie

Yvon Huet

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Hommage d’Yvon Huet. Salman, notre ami…

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64