Fédération des Pyrénées-Orientales

Fédération des Pyrénées-Orientales
Accueil
 
 
 
 

Énergie. Le huis clos de Macron

Une fois de plus la représentation nationale ne siégera pas dans un conseil de crise qui concerne tout le pays. Elle n'aura pas son mot à dire sur les réformes indispensables en matière énergétique.

Le président Emmanuel Macron décide, avec quelques ministres triés sur le volet, de l'avenir énergétique de la France. Cette méthode de gestion est une fois de plus, après celle de la pandémie liée à la Covid, totalement anti-démocratique. L’instance décisionnelle la moins transparente de la Ve République fait son retour alors que le pays subit de plein fouet la crise de l’énergie.

Le prix de l’électricité bat des records, près de 1.000 euros le MWh, contre 85 euros il y a un an. À l’heure où le parc nucléaire est loin de tourner à plein régime, le gouvernement ne cesse de faire planer la menace de possibles coupures de courant et d’une pénurie d’énergie générale.

Alors que 12 millions de Français sont déjà en précarité énergétique, le président Macron récidive avec un conseil de défense anti-démocratique. Ce conseil aurait « pour objectif de faire le point sur la situation ainsi que sur les scénarios envisagés pour se préparer à tous les cas de figure cet automne et cet hiver ». Ce format spécifique de réunion est réservée habituellement aux sujets d’ordres militaires.

Un conseil secret-défense

En n'invitant pas les parlementaires, Emmanuel Macron s’économise les débats, pourtant nécessaires, sur l’avenir énergétique du pays. Fabien Roussel, député communiste et secrétaire national du PCF s'insurge en déclarant, concernant le bouclier tarifaire, que celui-ci « n’est compensé par aucune autre recette, le gouvernement refusant de taxer les super profits des grandes compagnies. L’énergie est un bien commun. Pas de spéculation ! ». Fabien Gay, sénateur communiste, de son côté, rappelle que « le scandale de l’Accès régulé à l’électricité nucléaire historique (Arenh) », est en vigueur depuis 2011. Ce système oblige EDF à « vendre à ses concurrents alternatifs une part de sa production nucléaire » à des prix bien au-dessous du coût de production.

Le secret-défense permet de passer outre la représentation national, les échanges en huis clos viennent se substituer aux débats transparents. L’avantage pour le gouvernement est de dire tout ce qu'il veut car le secret est soumis à une absence de compte rendu.

Rassurez-vous, nul doute qu’Emmanuel Macron prépare déjà une large phase de concertation ou un nouveau « grand débat » sur l’énergie… pour discuter de décisions déjà entérinées lors de ce conseil de défense.

Dominique Gerbault

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Énergie. Le huis clos de Macron

le 04 septembre 2022

A voir aussi



 
44 Avenue de Prades 66000 Perpignan Tél: 04.68.35.63.64